Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Quai-Synagogue]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1139468
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1143669
SIEGE 
1100 
du sire de Baruth, du sire de Sidon et de beaucoup d'autres 1 n. Le pere 
de Richard Geeur-de-Lion lisait "Vegece sous sa tente; et si le code feodal 
en vigueur dans les possessions des Francs en Syrie, a Chypre, nous fait 
connaitre combien ces barons des X116 et x111e siecles etaient instruits et 
prevoyants, les forteresses qu'ils ont elevees dans ces contrces mettent 
en lumiere leur intelligence militaire 2. 
En France, si l'on etudie avec quelque soin des places fortes telles que 
Goucy, Ghateau-Gaillard et tant d'autres baties entre la fin du XII" siecle 
et le commencement du X111", en reconnait bien vite un art tres-complet, 
au point de vue de la defense. Or, est-il possible d'admettre que des 
hommes si intelligents pour preparer la defense ne le fussent pas autant 
lorsqu'il s'agissait d'attaquer. C'est au contraire la puissance et la saga- 
cite de Yassaillant qui developpent la prevoyance et l'e'nergie de la de- 
fense. Les barons du X1110 siecle n'auraient Pas cherche et trouve ces 
ressources defensives s'ils n'y eussent etc contraints par Yhabilete de l'at- 
taque. Il faut donc reconnaitre qu'un siege, a cette epoque, n'etait pas 
une operation livree au hasard et a la bravoure de gens de guerre indis- 
ciplines, procedant sans ensemble et sans methode. Les plans d'attaque 
n'existent plus, les descriptions sont laconiques ou faites habituellement 
par des gens qui n'etaient pas militaires; mais les forteresses attaquees 
sont en partie debout, et leur bonne ordonnance, la prevoyance qui 
eclate sur tous les points, indiquent assez quelle etait Fetendue des 
moyens offensifs. 
Nous avons dit, au commencement de cet article, qu'il n'y a pas d'ar- 
mee la ou il n'y a pas de peuple. A l'origine du systeme feodal, il n'y a 
que des guerriers, tous a peu pres egaux, et au-dessous, une plebe qui 
n'a aucun interet a partager les dangers des nouveaux conquerants. Mais 
quand l'organisation feodale est arrivee a son apogee, les choses ne se 
passent plus ainsi, et les guerres d'0rient contribuerent beaucoup ä en- 
trainer les populations dans les travaux militaires; bien mieux, de rotu- 
riers elles firent des chevaliers, et des chevaliers des seigneurs, parfois 
des seigneurs couronnes. L'art de la guerre, par la feodalite, devenait 
ainsi une carriere ouverte au genie, n'apparüt-il que dans les rangs in- 
ferieurs de la societe. Au siege de J erusalem, en 1099, il y avait un corps 
de ribauds commande par un des leurs, et qui rendit d'eminents services. 
Ce corps etait independant, dest-a-dire qu'il n'appartenait pas a tel ou 
tel seigneur, mais se mettait a la disposition des barons pour concourir 
a une operation commune. 
De nos jours un siege est une operation souvent longue, diflicile et 
perilleuse, qui demande un chef habile, prudent, patient et tenace. 
Cependant les travaux preliminaires, tels que l'ouverture des tranchees, 
f Voyez, ä ce sujet, la Notice sur la vie et les äcrits de Plzilippe de Navarre, par 
M. Beugnot, Biblioth. (le Flfcole des chartres, 1'" särie, t. lI, p. 1. 
7- Consulter, ä Fdgard de ces forteresses, les mdmoircs puhliüs par M. Pjxxxxxmnue]. Bey.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.