Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Quai-Synagogue]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1139468
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1143557
 389  [ SIEGE ] 
les charpentiers etablissent des hourds doubles. Le champ de Montolieu 
est une lice ou l'on combat tout le jour, si bien qu'on ne sait plus si ce 
sont des Francais qui assiegent Toulouse, ou les Toulousains qui assiegent 
le grand camp retranche du comte Simon. Un matin d'hiver, des l'aube, 
les Franeais veulent surprendre la ville ; ils se sont armes pendant la nuit, 
et se precipitent avec furie sur les defenses. Deja ils ont franchi des fos- 
ses pleins d'eau, renverse des palissades. Le chateau Narbonnais envoie 
des projectiles contre la place pour appuyer les assaillants, qui cepen- 
dant finissent par regagner leur camp sans avoir pu rien faire. Ainsi se 
passent encore deux mois, et la ville se garde et se defend mieux que 
jamais. De nouveaux croises, amenes par Feveque, viennent grossir Yarrnee 
du comte Simon. Les Toulousains reeoivent encore des renforts con- 
duits par Arnaud de Vilamur; ils elevent chaque jour des defenses plus 
etendues, gagnent de l'espace, et batissent de bons murs de maqonnerie 
derriere les fosses et palissades bien gardees. 
Apres une attaque infructueuse contre cette extension des defenses 
de la ville, le comte de Montfort se voit contraint de reculer son camp 
d'une demi-lieue, en abandonnantune centaine de baraques et les chau- 
dieres des cantines. Les gens de Toulouse attaquent alors le chateau 
Narbonnais. Ils sont arretes dans cette entreprise par une forte crue de 
la Garenne. Plusieurs de leurs defenses sont ainsi coupees de la ville 
par les eaux; mais sans se decourager, on les approvisionne a l'aide de 
bateaux, de va-et-vienl, de radeaux, de pont de cordes. Le comte Simon 
profite de cette circonstance pour battre si vivement un de ces ouvrages 
saillants, situe sur l'autre rive de la Garenne, avec ses trebuchets et ses 
pierrieres, que les defenseurs, depourvus de munitions et voyant tous les 
parapets rompus, sont contraints de l'abandonner. 
Le comte Simon est entre dans la tour abandonnee, il y plante sa 
banniere; mais alors la lutte s'etablit dans l'eau, a cheval, en bateaux, 
sur des claies. On se dispute chaque bicoque autour de la tete du pont. 
Uhopital estpris par les Franeais et crenele; ils esperent ainsi pouvoir 
tenir les deux sieges, l'un sur la rive droite, l'autre sur la rive gauche, 
afin d'affamer la ville ; car, gräce aux nombreux renforts qu'il a recus, 
le comte Simon a etendu sur la rive droite sa ligne de contrevallation 
jusqu'a la cleture de Saint-Sernin. 
Mais l'argent lui manque, il ne sait plus quels expedients employer 
pour solder un si grand nombre d'hommes (cent mille, disent les chroni- 
queurs). Il lui faut brusquer le siege ou le lever honteusement; c'est 
alors qu'il imagine de faire construire une gaie en charpente, sorte de 
galerie roulante qu'on poussera jusqu'aux remparts dans le fond du 
fosse; gate si bien garnie de fer, qu'elle ne craindra ni les pierres ni 
les poutres qu'on pourra lancer ou jeter sur elle. Quatre cents cheva- 
liers s'y enfermeront, et feront si bien, qu'ils perceront les defenses et 
entreront dans la ville. 
Le comte a etabli son quartier general sur la rive gauche, mais sans
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.