Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Quai-Synagogue]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1139468
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1143507
snäcn 
3811 
sur les troupes des kalifes, souvent battus meme, surent conduire avec 
succes un grand nombre de sieges longs, penibles. C'est que la neeessitä 
est un maitre severc; que devant ces places fortes, bien munies, il fallait 
proceder avec ordre, contracter des habitudes de travail et de discipline 
que ne pouvait remplacer la bravoure seule; qu'il fallait se bien garder; 
penser aux approvisionnements de toute nature ; possedeic cette qualite 
superieure du soldat, la patience tenace; qu'il fallait du sang-froid et de 
la regularite dans les travaux. Aussi quand ces debris d'armees reviennent 
en Occident, quel changement dans les allures, dans la facon de conduire 
les operations militaires l Les troupes de Philippe-Auguste ne sont plus 
ces hordes armees du x18 siecle, ce sont de veritables corps organises, 
procedant regulierement deja et habiles dans l'art (Yassieger les places 
les plus fortes. Si Philippe-Auguste a attaque et pris un si grand nombre 
de villes et de ehateaux; si, le premier, il a pu etre considere comme 
un roi des Francais, possedant une autorite non eontestee, n'est-ce pas 
en grande partie a celte instruction militaire des armees des croises en 
Syrie qu'il a dü cette preponderance 1 ? Les troupes du terrible comte 
Simon de Montfort ifetaient-elles pas composees en partie de chevaliers 
-et de soldats qui avaient fait la guerre en Syrie. 
Sur le siege de Toulouse, entrepris par le comte, il nous reste un 
document precieux ecrit en vers proveneaux par un poete contempo- 
rain et temoin oculaire, semble-t-il 2. 
Simon de Montfort, force de lever le siege de Beaucaire, apres avoir 
perdu devant cette ville ses equipages, ses chevaux, ses mulets arabes, 
ses engins, se dirige vers Toulouse, plein de colere et de desirs de ven- 
geance. Il convoque tous les hommes du Toulousain, du Carcassez, du 
Bazes, du Lauraguais, en leur donnant l'ordre de venir le joindre. Arrive 
devant la ville en ennemi plutot que comme un seigneur rentrant chez 
lui, les gens de Toulouse le supplient de laisser hors des murs cet atti- 
rail guerrier, et de vouloir bien entrer en ville, lui et son monde, en 
tunique et sur des palefrois. a Barons, repond le comte, que cela vous 
a plaise ou deplaise, arme ou sans armes, debout ou couche, j'entrerai 
u dans la ville et saurai ce qui s'y fait. Pour cette fois, c'est vous qui 
a m'avez provoque a tort : vous m'avez enleve Beaucaire que je n'ai pu 
a reprendre, le Venaissin, la Provence et le Valentinois. Plus de vingt 
u messages m'ont annonce que vous etiez par serment lies contre moi; 
a mais, par la vraie croix sur laquelle Jesus-Christ fut mis, je ifoterai 
a point mon haubert ni mon heaume de Paviejusquü ce quej'aie choisi 
u des otages parmi la fleur dela ville... n 
Les gens de Toulouse jurent qu'ils n'ont jamais agi en ennemis.  
1 Voyezla description d'un des sieges les plus longs et difficiles, entrepris par Philippc- 
Auguste, ä l'article CllATEAU. 
2 Hist. de la croisade contre les Albigeois, Collection des documentsiiuidits de Vhiäwife 
de F rance, publies par les soins du Ministre de l'instruction publique (Paris, 1837).
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.