Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Quai-Synagogue]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1139468
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1143466
[ SIEGE ]  38e   
qui mit Yarmee des croises en peril, une bastille est elevee en face du 
pont de pierre pour intercepter "toute communication des habitants avec 
1a rive droite. Cet ouvrage fut fait de pierre, avec les tombes d'un cime- 
tiere turc, et un fosse profond le protegea. Cinq cents hommes y furent 
postes. Les gens d'Antioche ne pouvaient plus sortir que par la porte la 
plus occidentale, plaeee entre le pied d'un escarpement et lc fleuve. 
Tancrede etablit un second bastillon sur le coteau faisant face a cette 
porte, de maniere a la commander completement. A ce sujet, Guillaume 
de Tyr signale un fait curieux. Tancrede est elu par ses compagnons 
pour ordonner cet ouvrage, d'un etablissement perilleux et difficile a 
cause de la proximite des remparts. Mais ce chef s'excuse en arguant de 
l'insuffisance de sa fortune particuliere. Le comte de Toulouse lui donne 
alors cent mares d'argent, et, afin que les ouvriers employes a la con- 
struction de ce fort pussent recevoir un salaire convenable, on leur alloue 
quarante marcs par mois sur le tresor public. Ainsi les ouvrages de siege 
etaient offerts au plus digne, par voie d'election entre les chefs. Le direc- 
teur elu avait personnellement des frais a faire, probablement des acqui- 
sitions de materiaux, des transports, et cette masse de pelerins qui encom- 
brait Farmee, que Guillaume de Tyr appelle le peuple, n'etait que des 
ouvriers auxquels on donnait un salaire. Cette armee qui traverse toute 
l'Asie Mineure, suivie d'une multitude, avait avec elle ainsi des char- 
pentiers, des macons, des forgerons, des corroyeurs, des tailleurs, des 
armuriers, des huchiers, etc., dont on payait les services. Il n'est donc 
pas surprenant que ceux parmi ces gens qui revenaient en Occident 
rapportassent, apres un sejour assez long en Orient, des influences des 
arts asiatiques. 
Antioche ne fut prise cependant que par la trahison d'un de ses ha- 
bitants. 
Il n'en fut pas de meme a J erusalem; mais Yarmee des croises acque- 
rait en experience, en discipline, ce qu'elle perdait en nombre. 
Ce fut le 7 juin 41099 que les Occidentaux dresserent leur camp devant 
la ville sainte. Ils n'etaient pas assez nombreux pour Pinvestir entibre- 
ment, et se contenterent de disposer leurs quartiers du cote du nord et 
du nord-ouest, depuis la porte de Saint-Etienne, qui, pres du mont 
Moriah, fait face a l'est, jusquüä la porte de Jaffa, qui est percee prbs 
de la tour de David; car il n'y avait pas it attaquer la place du cote de la 
vallee du Cedron, tries-profonde et dominee par l'ancien revetement de 
la base du temple restaure sous Herode le Grand. C'est aussi sur ce front 
nord-nord-ouest que Titus avait dirige ses attaques. Peu apres Farrivee 
des croises, le comte de Toulouse, qui commandait l'attaque en face de 
la tour de David, porta une partie de son camp vers lc sud-ouest, au 
point ou le mont Sion s'attend au nord des remparts ct oii etait elevee 
Peglise de Sion. L'armee des croises occupait ainsi un peu plus de la 
moitie du perimetre: de la ville; mais les assieges etaient en communi- 
cation avec la campagne, par la porte de Sion, qui fait face au midi, et
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.