Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Quai-Synagogue]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1139468
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1143459
 379  [ SIEGE ] 
la rive gauche. Pendant les premieres operations du siege, les soldats 
(le l'ar1ne'e des croises traversaient souvent le fleuve a la nage pour aller- 
fourrager sur la rive droite, plus fertile que la rive gauche; les assieges 
ne laissaient pas echapper ces occasions de sortir par la porte du Pont 
et d'enlever ces partis. Aussi les princes resolurent d'etablir sur le fleuve 
un pont de bois. On prit tous les bateaux qu'on put trouver, soit sur le 
fleuve, soit sur le lac situe en amont de la ville; on les relia avec des 
poutres, et l'on etablit sur cette charpenterie un tablier de claies d'osier. 
Ce pont de bateaux fut jete a un mille en amont du pont de pierre qui 
touchait a la porte de la ville. Le quartier des assiegeants qui gardait le 
pont de bateaux, et qui serrait la place de la porte du Chien a la porte 
du Duc, etait sans cesse expose aux sorties des assieges, qui se repan- 
daient sur la chaussee du marais; ce quartier se trouvait ainsi dans une 
position facheuse, adosse au fleuve et ayant sur ses flangg deux issues par 
lesquelles les assieges pouvaient l'attaquer. On essaya (l'abord de detruire 
le pont de pierre, mais on ne put y parvenir. Puis on etablit un beffroi 
en charpente, qu'on roula devant ce pont pour le commander; mais les 
gens de la ville parvinrent a Fincendier. On dressa trois pierrieres qui 
lancaient des pierres contre la porte du Pont. Mais des que ces machines 
cessaient de manceuvrer, les habitants sortaient aussitot et causaient des 
pertes a Farmee. Les princes prirent alors le parti de barricader ce pont 
de pierre avec des rochers et des arbres. Ce dernier moyen reussit en 
partie; et, de ce cote, les assicges ne tenteront plus des sorties aussi fre- 
quentes. De fait, les croises etaient autant assieges quhssicgeants, ayant 
chaque jour a se defendre contre les sorties des gens dülntioche, qui 
atlaquaieilt leurs ouvrages, detruisaient leurs machines et leurs palis- 
sades. Le temps secoulait, les fourrages et les vivres devenaient rares, 
et les maladies decimaient Farmee des croises. Ceux-ci, qui, en arrivant 
devant Antioche, possedaient encore soixante et dix mille chevaux, n'en 
avaient plus que deux mille au plus, "trois mois apres le premier inves- 
tissement. La saison des pluies rendait les chemins impraticables, on 
etait dans l'eau tout le jour, et 1e sol detrempe n'offrait sur aucun point 
un refuge contre Fhumidite. Cette situation critique fut aggravee encore 
par l'attaque d'un corps considerable de troupes sorties d'Alep, de ce- 
sarce, de Damas, d'Emese, d'Hierapolis, auquel s'etaient joints des Arabes 
nomades. Les croises, par une manoeuvre habile, se portent au-devant 
de cette armee, ne lui laissent pas le temps de se mettre en communica- 
tion avec la ville, la battent, lui "tuent deux mille hommes, bFÜlGIIlZ son 
camp de Harenc, et lui enleverent mille chevaux, dont on avait grand 
besoin. Revenus le lendemain matin devant Antioche, deux cents tetcs 
des Turcs tues pendant le combat sont jetees dans la ville. Mais ces tra- 
vaux, les attaques du dehors et des assieges, etaient un enseignement 
pour les chefs des croises. Apres l'affaire de Harenc, les princes se deci- 
dent a etablir un camp retranche sur la hauteur. situee vers l'est, en 
amont de la ville. Plus tard, apres une vigoureuse sortie des assieges,
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.