Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Quai-Synagogue]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1139468
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1143443
SIEGE 
378 
trois quarts d'une foule sans consistance, sans discipline, remplie de 
femmes, d'enfants, n'etait pas faite pour mener un siege avec fruit, avec 
ordre et methode. On ne voit pas, dans le recit de Guillaume de Tyr, un 
plan arrete : c'est une succession dbxpedients. Mais ces armees, ou plu- 
tot ces amas d'emigrants ne devaient pas tarder a s'instruire dans l'art 
d'attaquer les places, par une bien dure experience. Le siege d'Antioche 
laisse voir deja des progres sensibles, progres qui ne saccomplissent 
qu'apres des echecs. 
L'armee, traversant la Bithynie et la Galatie pendant le mois de juillet 
1097, vit perir la plus grande partie de ses bctes de somme et de ses 
chevaux de guerre. Beaucoup de ces pelerins sans armes, de ces femmes 
qui suivaient le gros des troupes, resteront sur la route, et moururent 
de misere. 
Les croises ne se prescnterent devant Antioclie qu'aux approches de 
l'hiver. Le conseil des princes decida toutefois que le sicge serait mis 
devant la place sans delai. Uarmee comptait encore plus (le trois cent 
mille hommes en etat de porter les armes, sans compter la masse flot- 
tante qu'elle trainait a sa suite, et au milieu de laquelle il y avait beau- 
coup de femmes et d'enfants. Cependant, si nombreuse qu'elle fut, cette 
armee ne put investir completement la place. a Elle crcusa, dit Kemal- 
a Eddin 1, un fosse entre elle et la ville; son dessein etait de se mettre a 
a l'abri des attaques de la garnison, qui faisait de frequentes sorties.  
Guillaume de Tyr ne parle pas de cette ligne de contrcvallation, mais il 
dit que les croises, en arrivant, couperent tous les arbres des vergers 
voisins de la ville pour etablir des barriercs autour du camp et des pieux 
pour attacher leurs chevaux. 
Antioche etait encore a cette epoquc une ville populeuse et bien for- 
tifiee. Batie sur la rive gauche de l'0ronte, ses remparts etaient perces 
de plusieurs portes : les unes, au nombre de cinq, donnaient sur 1a 
plaine 51 Fopposite du cours du fleuve g. les autres, au nombre de trois, 
sur les rives de celui-ci. L'une de ces portes, celle qui ctait situce en 
aval, a l'occident, s'ouvrait sur un pont de pierre traversant le fleuve; 
celle situee en amont, nommee porte du Chien, avait devant elle une 
chaussee sur arcs de maconnerie, traversant un marais. De la porte du 
milieu, dite porte du Duc, a la porte (l'aval, dite porte du Pont, le fleuve 
baignait les remparts. L'investissement ne put donc s'etendre que sur 
les cotes oriental, sud et occidental, et une partie seulement du cote 
nord. Les habitants etaient maitres du pont, et les croises, au commen- 
cement du siege, n'avaient fait sur la rive droite aucun etablissement. Tout 
le camp, par divisions, suivant les chefs principaux : Bohemond; Robert, 
comte de Normandie; Hugues le Grand ; Raymond, comte de Toulouse; 
Godefroy, Baudouin, Renaud, Conon de Montaigu, etc., n'occupait que 
les Exlrfzüs 
1 Auteur de PHist. fPAlep. (Voyez 
guerres des croisades, Rcinaud, ä I.) 
historiens 
des 
arabes 
relatifs 
aux
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.