Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Quai-Synagogue]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1139468
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1143439
 377  [ SIIÜGE 1 
investie et ne put-elle plus recevoir d'approvisionnements. Cependant 
les assiegeants redoublaient d'activite, augmentaient le nombre de leurs 
machines, faisaient approcher le long des remparts des beliers couverts 
de galeries, sapaient les murs. Les assieges ne restaient pas oisifs, et 
remparaient en maconnerie, pendant la nuit, les trous que les mineurs 
etaient parvenus a ouvrir a la base des murailles. Le decouragement 
commencait a s'emparer de Farmee des croises, lorsqu'un Lombard qui 
faisait partie de Yexpedition proposa aux princes reunis en conseil, sui- 
vant l'usage, de renverser une des tours les plus fortes, si on lui four- 
nissait les fonds necessaires. En effet, l'argent et les materiaux lui sont 
donnes; il construit une machine puissante propre a etre appliquee 
contre les murailles et a l'abri des projectiles. a Aide de ses ouvriers, 
a dit Guillaume de Tyr 1, l'inventeur conduisit d'abord sa machine dans 
a les fosses, et, les ayant franchis, il Yappliqua contre les remparts 
a avec autant de facilite que d'adresse. Les assieges, cependant, agissant 
a avec leur activite accoutumee, laneaient d'immenses blocs et des com- 
a bustibles de toutes sortes, qui ne pouvaient se fixer et glissaient sans 
u cesse sur le comble tres-incline de la galerie; ils commencerent a 
(t desesperer du sucees, et admirerent en meme temps la force de l'engin 
u et Yhabilete du constructeur..... Les hommes caches sous cette galerie 
u mobile, a l'abri de toutes lesattaques de leurs ennemis, travaillaient 
u sans relache et avec la plus grande ardeur a demolir la maconnerie, 
u afin de pouvoir renverser la tour. A mesure qu'ils enlevaient des pierres, 
u ils mettaient a la place des etancons de bois, de peur que Yebranle- 
a ment occasionne a la base ne fit crouler la partie superieure sur la ma- 
u chine et ne Feerasat..." Apres qu'on eut enleve assez de maeonnerie 
u pour faire tomber la tour, les mineurs mirent le feu aux etaneons en 
a apportant des matieres combustibles entre eux. Alors ils se retirerent 
a dans le camp en abandonnant la machine. Vers minuit, tous les sou- 
 tiens qu'on avait poses ayant ete consumes, la tour süäcroula avec 
u fracas..... n  
La breche ainsi pratiques, la ville tomba au pouvoir des croises. Quel- 
ques faits sont a noter dans cette narration. C'est un Lombard, c'est- 
a-dire un de ces Italiens du Nord qui alors avaient su si bien profiter 
des arts et des connaissances de Byzance, qui entreprend la construction 
de la galerie de mine en charpente. L'art de Yingenieur est ainsi livre 
a l'entreprise, ce que nous verrons longtemps. Cette galerie est combinee 
de telle sorte que les pentes de sa couverture sont assez inclinees pour 
chasser les projectiles. On emploie les etancons de bois comme les Romains 
lie faisaient, pour maintenir en equilibre les parties superieures des murs 
mines jusqu'au moment oü le feu, en consumant les etais, laisse la con- 
    
Il est evident que cette armee des princes occidentaux, composee aux 
Hist. des croisades, liv. III. 
VIII.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.