Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Quai-Synagogue]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1139468
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1143243
SERRURERIE 
358 
toute une face de l'art de l'architecture et les industries qui s'y rattachent, 
devait etre fort prisee par la classe nombreuse des gens qui ne veulent 
pas se donner trop de peine. Aussi la serrurerie du moyen  fut-elle 
fort mal vue pendant ces derniers siecles, et l'on trouva de bon goüt de 
reproduire en fer (comme on peut le voir a la grille de la cour du Mai 
a Paris) des ordres avec leurs chapiteaux, leurs entablements, leurs stylo_ 
bates, etc. ; le tout fabrique en depit de la maticre et des moyens qu'elle 
impose 51 ceux qui en connaissent les qualitcs et pretendent les utiliser. 
Il y a, dans les assemblages de la serrurerie du moyen age, un sujet 
inepuisablc d'enseignement. Par des motifs faciles a saisir, on prefere 
aujourd'hui ne point appliquer le raisonnement aux choses qui touchent 
a l'art de l'architecture; ce sont du moins les principes que professent 
beaucoup d'artistes. Il est certain qu'a leurs yeux, ces "artisans du moyen 
age, en raisonnant ainsi ce qu'ils faisaient, en prenant toujours la struc- 
ture comme motif de decoration, etaicnt dans la mauvaise voie. Ecc- 
nomes de la matiere, ils arrivaient au but par les moyens les plus vrais. 
Loin de cacher ces moyens, ils les montraient, s'en faisaient honneur. 
En effet, quand un moyen est simple, pratique, il n'y a pas lieu de le 
cacher; si ce n'est, au contraire, qu'un expedient etranger a la nature 
de la matiere mise en oeuvre, qui ne presente pas de garanties serieuses 
de solidite, qui exige l'emploi de ressources hors de proportion avec le 
resultat, on ne saurait trop le dissimuler, et c'est ce qu'on fait habituel- 
lement dans notre serrurerie fine de batiment. 
Nous disions tout a l'heure que les serruriers du moyen age, lorsqu'ils 
avaient a fabriquer des grilles d'une certaine etendue, procedaient par 
une suite de panneaux s'embrevant dans des montants. Nous ne savons 
si ces artisans avaient observe et calcule les effets de la dilatation du fer; 
il n'en est pas moins certain que par l'emploi de cette methodc on evitait 
les inconvenients qui resultent de la mise en place de grandes parties de 
grilles solidaires. Alors celles-ci s'allongeant par la chaleur ou se retrai- 
tant par le froid, causent des mouvements incessants, dont le moindre 
danger est de briser les scellements, de faire gauchir les montants, 
(Fempccher les battements des parties ouvrantes de fonctionner, de 
fatiguer les assemblages. On croit parer a ces inconvenients au moyen de 
tenons et de goupilles ou de boulons gais, dest-a-dire poses en laissant 
du jeu. Mais cela ne peut se faire qu'aux depens de la solidite de l'ouvrage. 
Au contraire, le systcme de grilles posees par panneaux laissait aux fers 
la facilite de se dilater, tout en conservant a l'ensemble une solidite egale, 
quelle que fut la temperature.  
Les montants principaux des grilles se composaient donc generalement 
d'une ame avec deux jouees formant feuillures, dans lesquelles s'en1bre- 
vaient les panneaux. Il fallait, des lors, que ces montants fussent bien  
maintenus dans leur plan vertical dans les deux sens, au moyen d'arcs- 
houtants ou de contre-fiches scellees. Ces accessoires necessaires four- 
nissaient, comme toujours, un motif de decoration.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.