Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Quai-Synagogue]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1139468
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1139923
RESTAURATION 
du xne siecle, qui n'avaient point de transsept. Telles sont, par exemple, 
les cathedrziles de Sens, de Meaux, de Senlis. Aux x1v' et xve siecles, des 
transsepts ont ete ajoutes aux nefs, en prenant deux de leurs travees. 
Ces modifications ont ete plus ou moins adroitement faites; mais, pour 
les yeux exerces, elles laissent subsister des traces des dispositions pri- 
mitives. C'est dans des cas semblables que le restaurateur doit etre scru- 
puleux jusqu'a Yexces, et qu'il doit plutot faire ressortir les traces de 
ces modifications que les dissimuler. 
Mais s'il s'agit de faire a neuf des portions de monument dont il ne 
reste nulle trace, soit par des necessites de construction, soit pour 
completer une oeuvre mutilee, c'est alors que l'architecte charge d'une 
restauration doit se bien penetrer du style propre au monument dont 
la restauration lui est confiee. Tel pinacle du X1118 siecle, copie sur un 
edifice du rneme temps, fera une tache si vous le transportez sur un 
autre. Tel profil pris sur un petit editice jurera applique a un grand. C'est 
         
du moyen age peut etre grandi ou diminue impunement. Dans cette 
architecture, chaque membre est a Fechelle du monument pour lequel 
il est compose. Changer cette echelle, c'est rendre ce membre diiforme. 
Et ace sujet nous ferons remarquer que la plupart des monuments 
gothiques que l'on eleve a neuf ziujourd'hui reproduisent souvent a une 
autre eehelle des edifices connus. Telle eglise sera un diminutif de la 
rathedrale de Chartres, telle autre de Feglise Saint-Ouen de Rouen. 
C'est partir d'un principe oppose a celui qu'admettaient, avec tant de 
raison, les maitres du moyen fige. Mais si ces defauts sont choquants 
dans des edifices neufs et leur enlevent toute valeur, ils sont monstrueux 
lorsqu'il s'agit de restaurations. Chaque monument du moyen age a 
son echelle relative a l'ensemble, bien que cette echelle soit toujours 
soumise a la dimension de l'homme. Il faut donc y regardera deux fois 
lorsqu'il s'agit de completer des parties manquantes sur un edifice du 
moyen äge, et s'et_re bien penetre de Fechelle admise par le constructeur 
primitif. 
Dans les restaurations, il est une condition dominante qu'il faut 
toujours avoir presente a l'esprit. C'est de ne substituer a toute partie 
enlevee que des materiaux meilleurs et des moyens plus energiques ou 
plus parfaits. Il faut que Pedifice restaure ait passe pour l'avenir, par 
suite de Yoperation a laquelle on l'a soumis, un bail plus long que celui 
deja ecoule. On ne peut nier que tout travail de restauration est pour 
une construction une epreuve assez dure. Les echafauds, les etais, les 
arrachements necessaires, les enleveinents partiels de maconnerie, cau- 
sent dans l'oeuvre un ebranlement qui parfois a determine des accidents 
tres-graves. ll est donc prudent de compter que toute construction laissee 
a perdu une certaine partie de sa force, par suite de ces ebranlenients, 
et que vous devez suppleer a cet amoindrissement de force par la puis- 
san codes parties neuves, par des perfectionnements dans le systeme de
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.