Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Quai-Synagogue]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1139468
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1143075
3M 
SERRURERIE 
teau avec la boucle de la tige, et en g le mentonnet. En H, est {iguree 
une embrasse a deux pattes ; en I, a une seule patte, la section de celle- 
ci etant en i. On observera que ces embrasses ä une seule patte sont 
ainsi faconnees pour ne prendre que le plein bois du chassis. En K, est 
represontee Fextremite inferieure dela cremone avec son embase L ser- 
vant de galche et clouee sur la traverse basse du dormant. Un trace 
perspectif M explique la position du loqüeteau et de sa queue engagee 
librement dans la boucle de la tige. 
Cette cremone maintenait donc le chassis dans son dormant au moyen 
de trois fermetures, deux loqueteaux lateraux et un verrou bas. A l'aide 
des mentonnets et de la gache inferieure, ce chassis pouvait meme etre 
rappelä, s'il venait s gauchir. Le forgeron avait donne a la poignee P une 
forme qui permettait de faire glisser la tige aussi bien de bas en haut, 
pour ouvrir, que de haut en bas, pour fermer. Les tiges etaient forgees 
assez grossierement entre les parties destinees a couler dans les embrasses, 
mais la poignee, les loqueteaux, les embrasses, etaient faconnes au mar- 
teau et au burin avec le plus grand soin. 
La tigure 36 presente divers fragments de serrurerie appartenant au 
milieu du xve siecle environ. En A, est un debris de crernone depen- 
dant tries-probablement d'une croisee 1; une poignee B, dependant de 
la meme cremone, faisait mouvoir les deux bielles a attachees a un axe 0, 
et, par suite, les deux tiges GU en sens inverse. En appuyant sur la 
poignee de haut en bas, la tige G s'elevait et s'enfoneait dans une gache 
superieure; la tige 0' s'abaissait et tombait dans une gache inferieure, 
comme 1e font les tiges de nos cremones modernes. En D, est trace le 
profil du mecanisme, avec le boulon et sa clavette; en B', la face de la 
poignee ; en E, une des embrasses tres-tinement composces et forgees. 
Une autre embrasse avec platine, appartenant egalement au Xvt siecle 
et ayant du servir a diriger une tige de verrou ou de cremone, est figu- 
ree en G2.  
En H, nous presentons encore un excellent systeme de loqueteau a 
bascule employe frequemment au XIVe et au xv" siecle pour fermer de 
petits chiissis de croisee: Le mentonnet est entaille et fortement cloue 
sur le cote du dormant, dans sa feuillure. La main a une grande force 
pour ouvrir ou fermer ce loqueteau a bascule, par le moyen de ce levier 
detourne, et saillant assez pour eviter le froissement des doigts contre le 
bois du chassis. De plus, ces loqueteaux rappellent tres-energiquement 
les chassis dans leur feuillure.  
Le trace perspectif K donne une tres-jolie poignee de porte de la 
meme epoque et attachee sur un vantail interieur de Peglise Saint-Pierre, 
a Strasbourg. Ces sortes de poignees, assez communes en Alsace, se 
composent de deux tiges horizontales Izlz, qui passent a travers le vantail 
1 Däbris recueillis chez un nmrchand de ferrailles ä Rouen. 
2 Provenant ägalement d'un ddpäl; de ferrailles.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.