Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Quai-Synagogue]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1139468
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1139915
 25  [ RESTAURATION "I 
Mettra-t-on ces verrieres en magasin ? Laissera-t-on, sans motif, des 
contre-forts et arcs-boutants exterieurs qui n'auraient plus rien a sup- 
porter ? Non, certes. On le voit donc, les principes absolus en ces ma- 
tieres peuvent conduire a l'absurde. 
Il s'agit de reprendre en sous-feuvre les piliers isoles d'une salle, les- 
quels s'ecrasent sous la charge, parce que les materiaux employes sont 
trop fragiles et trop bas d'assises. A plusieurs epoques, quelques-uns de 
ces piliers ont etc repris, et on leur a donne des sections qui ne sont 
point celles tracees primitivement. Devrons-nous, en refaisant ces piliers- 
a neuf, copier ces sections variees, et nous en tenir aux hauteurs d'assises 
anciennes, lesquelles sont trop faibles? Non; nous reproduirons pour 
tous les piliers la section primitive, et nous les eleverons en gros blocs 
pour provenir le retour des accidents qui sont la cause de notre opera- 
tion. Mais quelques-uns de ces piliers ont eu leur section modiliee par 
suite d'un projet de changement qu'on voulait faire subir au monu- 
ment; cliamgement qui, au point de vue des progres de l'art, est d'une 
grande importance, ainsi que cela eut lieu, par exemple, a Notre-Dame 
de Paris au XIVÜ siecle. Les reprenant en sous-oeuvre, detruirons-nous 
cette trace si interessante d'un projet qui n'a pas ete entierement execute, 
mais qui denote les tendances d'une ecole ? Non; nous les reproduirons 
dans leur forme modifiee, puisque ces modifications peuvent eclaircir 
un point de l'histoire de l'art. Dans un edilice du X1110 siecle, dont l'ecoi1- 
lement des eaux se faisait par les larmiers, comme a la cathedrale de 
Chartres, par exemple, on a cru devoir, pour mieux regler cet ecoule- 
ment, ajouter des gargouilles aux cheneaux pendant le xve siecle. Ces 
gargouilles sont mauvaises, il faut les remplacer. Substituerons-nous 
a leur place, sous pretexte d'unite, des gargouilles du xme siecle? Non: 
car nous (letruirions ainsi les traces d'une disposition primitive interes- 
sante. Nous insisterons au contraire sur la restauration posterieure, en 
maintenant son style. 
Entre les contre-forts d'une nef, des chapelles ont etc ajoutees apres 
coup. Les murs sous les fenctres de ces chapelles et les pieds-droits des 
baies ne se relient en aucune faeon avec ces contre-forts plus anciens, 
et font bien voir que ces constructions sont ajoutees apres coup. Il est 
necessairc de reconstruire, et les parements exterieurs de ces contre-forts 
qui sont ronges par le temps, et les fermetures des chapelles. Devrons- 
nous relier ces deux constructions (Pepoques differentes ct que nous 
restaurons en meme temps? Non; nous conserverons soigneusement 
l'appareil distinct (les deux parties, les deliaisons, afin qu'on puisse tou- 
jours reconnaitre que les chapelles ont ete ajoutees apres coup entre les 
eontre-fiirts. 
De meme, dans les parties cachees des edifices, devrons-nous respec- 
ter scrupuleusement toutes les "traces qui peuvent servir a constater des 
adjonctions, des modifications aux dispositions primitives. 
Il existe certaines cathedrales en France, parmi celles refaites a la fin 
VIII.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.