Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Quai-Synagogue]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1139468
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1143057
4 339  [ SERRURERIE ] 
a des bois vermoulus, on les jette a la ferraille habituellement, lorsqu'on 
fait des reparations. Il eüt ete cependant interessant et utile de recueillir 
ces objets dans un musee, qui serait tres-riche maintenant et fort instruc- 
tif pour nos artisans de ferronnerie. Mais nous n'en sommes pas arrives 
a considerer les musees comme des collections d'une utilite reelle pour 
notre industrie, ce ne sont encore en France que des amas d'objets des- 
tines a satisfaire la curiosite des amateurs ou des archeologues, ou encore 
des lieux d'etude pour les artistes, peintres et statuaires. L'art ne vit 
cependant chez un peuple que quand il a penetre partout, quand on le 
trouve aussi bien sur la cheminee d'un grand seigneur que sur 1a table 
de cuisine de l'ouvrier, sur le marteau de la porte d'un palais que sur la 
targette de l'humble croisee du petit bourgeois, sur la poignee de Fepee 
du general que sur la plaque de ceinturon du soldat. Si vulgaires que 
soient les objets de serrurerie du moyen age, l'art approprie a la matiere 
y trouve sa place; l'art etait un besoin pour tous, non une affaire de 
luxe reservee pour quelques privilegies. Ce qu'on ne trouvait point alors, 
c'est l'art de pacotille, l'apparence du luxe donnee a un objet de peu de 
valeur. 
Nous avons montre un certain nombre d'exemples de fermetures de 
vantaux de portes. Les exemples de fermetures de eroisees sont beaucoup 
plus rares; cette menuiserie, plus legere que celle des vantaux, plus 
Oxposee aux intemperies, a ete detruite plus rapidement. Il nous faudra 
fouiller dans les vieilles ferrailles pour trouver quelques restes de ferme- 
tures de croisees. Ijinterct qui nous a toujours paru s'attacher a lian- 
Cienne fabrication du fer, alors meme qu'on vendait partout les plus 
belles ferronneries forgees, pour leur substituer des fontes d'un si triste 
g0üt, nous a pousse, il y a deja longtemps, a recueillir bon nombre de 
dessins de ces vieilles ferrures si fort meprisees, ferrures qui ont disparu 
SOus la main de la plupart des restaurateurs de chateaux depuis trente ans. 
(Test ainsi qu'au chateau de Chastellux, pres de Garre-1es-Tombes(Yonne), 
On voyait encore en 1839 des chassis de croisees du XIVc siecle armes de. 
leurs grands verrous. Il est vrai que ces ferrures etaient hors de service, 
les chassis etant completement pourris et doubles par des volets fixes, 
mais les pieces de leur mecanisme tres-simple etaient toutes conservees. 
Ces verrous..., plutot ces cremones (fig. 35) consistaient en une tige de fer 
lnäplat de 0'202 (neuf lignes) sur 02011 (cinq lignes). A cette tige etait 
adaptee une poignee a (voyez l'ensemble A). En bb, la tige formait des 
boucles dans lesquelles passaient les queues en volutes de deux loque- 
teaux. En haussant la tige, on faisait eehapper les loqueteaux de leurs 
mentonnets; en la baissant au moyen de la poignee a, on faisait rentrer 
ces loqueteaux dans leurs mentonnets : alors le pied de la tige, formant, 
Verrou, entrait dans une gache inferieure d. Des embrasses e retenues 
par deux pattes, et des embrasses f retenues par une seule, maintenaient 
la tige et dirigeaient son mouvement. Des details vont faire saisir 1e systeme 
adopte dans la faeon de cette cremone. En B, est la section du montant
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.