Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Quai-Synagogue]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1139468
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1142984
SERRURERIE 
332 
de facon a composer une ornementation qui s'accorde avec la place des 
clous. En G, nous donnons deux autres formes de poucoirs, et en H 
deux poucoirs qui, au lieu d'etre poses l'un a cote de l'autre, agissent, 
celui du dehors sous le pied-de-biche de celui du dedans. 
Quoique presque toute la quincaillerie ancienne ait etc (eletruite, il nous 
en reste encore des exemples assez nombreux pour faire connaitre avec 
quel soin relatif elle etait traitee, meme dans les batisses les plus ordi- 
naires. Des serrures, des poignees, des loquets qu'on decouvre encore 
attaches a de vieilles portes de maisons d'hotels et d'eglises du moyen 
age, devoilent une industrie pleine de ressources. La varietc des formes 
de ces objets est assez grande pour qu'il nous soit impossible de presenter 
a nos lecteurs un specimen de chacun d'eux; nous devons nous borner 
aux plus essentiels. Peut-etre meme pensera-t-on que nous nous eten- 
dons trop sur ces ouvrages de serrurerie fine; mais on est si dispose 
a croire a l'imperfection grossiere des industries du moyen tige, qu'il nous 
a paru necessaire d'en montrer les produits, non point rlestines a des 
monuments luxueux, mais a des habitations ordinaires. L'industrie de la 
quincaillerie etait tres-developpee deja en France au XIVe siecle, mais 
aussi en Suisse, en Baviere, en Boheme, sur les bords du lthin, tandis 
qu'a cette epoque elle etait encore restee barbare en Italie. Ce ne fut 
que vers le milieu du xve siecle que les villes italiennes se mirent a leur 
tour a fabriquer des objets de fer d'une grande finesse d'execution et 
d'une assez bonne composition. Il faut dire cependant que jamais, dans 
la Peninsule, cette belle industrie ne sut allier l'art a la necessite, au 
besoin, comme surent 1e faire les artisans de France. Les formes de la 
serrurerie fine d'Ita1ie, tries-heureuses souvent, ont le defaut de ne s'ac- 
corder nullement avec l'objet. Pour notre part, dans tout ce qui touche 
a l'art de l'architecture, nous pensons qu'une execution seduisante seule, 
si le raisonnement n'est pas intervenu, si la concordance entre la forme 
et le besoin trace fait defaut, ne saurait constituer une oeuvre complete. 
Nous avons pour nous les Grecs de Fantiquite ; tous les objets qu'il nous 
ont laisses sont profondement penetres de ce double caractere: une 
expression tres-vivfe et tres-juste; une execution en rapport avec l'objet 
et sa destination.  
Cette serrure a bosse et a pele dormant (fig. 30), dont le pallatre est 
decoupe de maniere a bien s'attacher au vantail, dont la face externe est 
decoree de feuilles de fer battu, avec tigettes guidant la clef dans l'en- 
tree, avec embase renforcee pour resister a une pesee, ainsi que le fait 
voir la section A, a certainement une forme parfaitement appropriee a 
l'objet et a la nature de la matiere employee. (les feuilles donnent de la 
prise aux rivures du mecanisme, et decorent la plaque de tole en la ma- 
riant, pour ainsi dire, au bois qu'elle recouvre. Uentree B, legerement 
entaillee dans le vantail, ainsi que le montre la section C, n'est-elle point 
une jolie composition indiquant bien la matiere employee, se pretant 
exactement a la fonction qu'elle remplit? Les artisans du XVe siecle qui
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.