Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Quai-Synagogue]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1139468
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1139909
RESTAURATION 
modiüees, faut-il 11e pas tenir compte des dernieres et retablir Funite de 
style dcrangee, ou reproduire exactement le tout avec les modifications 
posterieures ? C'est alors que l'adoption absolue d'un des deux partis peut 
offrir des dangers, et qu'il est necessaire, au contraire, en n'admettant 
aucun des deux principes d'une maniere absolue, d'agir en raison des 
circonstances partieulieres. Quelles sont ces circonstances particulieres ? 
Nous ne pourrions les indiquer toutes; il nous suffira d'en signaler 
quelques-unes parmi les plus importantes, afin de faire ressortir le cote 
critique du travail. Avant tout, avant d'etre archeologue, l'architecte 
charge d'une restauration doit etre constructeur habile et experimente, 
non pas seulement a un point de vue general, mais au point de vue 
particulier; dest-a-dire qu'il doit connaitre les procedes de construction 
admis aux dilferentes epoques de notre art et dans les diverses ecoles. 
Ces procedes de construction ont une valeur relative et ne sont pas tous 
egalement bons. Quelques-uns meme ont du etre abandonnes parce 
qu'ils etaient defectueux. Ainsi, par exemple, tel cdilice bati au x11" 
siecle, et qui n'avait pas de cheneaux sous les egouts des combles, a 
dü etre restaure au X1119 siecle et muni de oheneaux avec ecoulements 
combines. Tout le couronnement est en mauvais etat, il s'agit de le refaire 
en entier. Supprimera-t-on les cheneaux du XIIIC siecle pour retablir 
Yancienne corniche du X110, dont on retrouverait d'ailleurs les elementss? 
Certes non; il faudra retablir la corniche a cheneaux du X1110 siecle, en 
lui conservant la forme de cette epoque, puisqu'on ne saurait trouver 
une corniche a cheneaux du XIIE, et qu'en etablir une imaginaire, avec 
la pretention de lui donner le caractere de l'architecture de cette epoque, 
ce serait faire un anachronisme en pierre. Autre exemple : Les voütes 
d'une nef du X110 siecle, par suite d'un accident quelconque, ont etc 
detruites en partie et refaites plus tard, non dans leur forme premiere, 
mais d'apres le mode alors admis. Ces dernieres voütes, a leur tour, 
menacent ruine; il faut les reconstruire. Les retablira-t-on dans leur 
forme posterieure, ou retablira-t-on les voütes primitives? Oui, parce 
qu'il n'y a nul avantage a faire autrement, et qu'il y en a un conside- 
rable a rendre a Fedifice son unite. Il ne s'agit pas ici, comme dans le 
cas precedent, de conserver une amelioration apportee a un systeme 
defectueux, mais de considerer que la restauration posterieure a ete 
faite sans critique, suivant la methode appliquee jusqu'a notre siecle, 
et qui consistait, dans toute refection ou restauration d'un edilice, a 
adopter les formes admises dans le temps present; que nous procedons 
dkipres un principe oppose, consistant a restaurer chaque ediüce dans 
le style qui lui est propre. Mais ces voütes d'un caractere etranger aux 
premieres et que l'on doit reconstruire, sont remarquablement belles. 
Elles ont etc l'occasion d'ouvrir des verrieres garnies de beaux vitraux, 
elles ont ete combinees de facon a s'arranger avec tout un systeme de 
construction exterieure d'une grande valeur. Detruira-t-on tout cela 
pour se donner la satisfaction de retahlir la nef primitive dans sa purete?
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.