Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Quai-Synagogue]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1139468
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1142597
293 
SERRURERIE 
rares ouvriers de nos jours parviennent a faconner des pieces de cette 
nature, qui alors etaient fort communes. 
Dans les reglements d'Etienne Boileau, il n'est pas question du corps 
(Yetat des SOITUFlGFS fagonnant la grosse serrurerie de batiment, mais 
seulement des greffiers, faiseurs de fermetures de portes (pentures), des 
grossiers (taillandiers) et des Serruriers, fabricants de serrures. (les ou- 
vriers pouvaient prendre autant d'apprentis qu'il leur plaisait, et avaient 
permission de travailler de nuit, les Serruriers exceptes, a cause de la 
perfection qu'exigeait ce genre d'ouvrage. 
Les pentures etaient un genre de serrurerie fort prise pendant le 
moyen age et qui exigeait un apprentissage special. Nous nous occupe- 
rons donc d'abord de cette partie de la serrurerie fine de batiment. 
PuNTUREs. -On designe ainsi des bandes de fer clouees et boulonnees 
aux vantaux des portes, munies d'un reil entrant dans un gond, destinees 
a suspendre ces "vantaux ct a permettre de les faire pivoter facilement 
sur ces gonds. 
J eusse  dans son traite de la serrztrerz'e, si preeieux aujourd'hui en ce 
qu'il nous retrace une partie des procedes employes par les ouvriers du 
moyen age, s'exprime ainsi a propos des pentures : a Ce sont des barres 
a de fer plat, qu'il faut percer tout au long, pour les attacher contre la 
a porte avec des clous rivez, ou bien avec un crampon qui passe par- 
n dessus le collet de la bande, lequel crampon passe au travers de la 
u porte et est rive par l'autre coste sur le bois. Le bout de la dite bande 
n se replie en rond, de la grosseur du mamelon du gond, qui est le bout 
a qui sort dehors la pierre ou bois, ou il est pose; lequel bout du gond 
(4 entre dedans le reply de la dite bande, qui sera soude si on veut, et 
u arrondi en facon que le gond tourne aise-ment dedans. Autres y font 
u des bandes flamandes pour porter les dites portes. (les bandes sont 
n faites de deux barres de fer soudees l'une contre l'autre et replyees en 
u rond comme la precedente pour faire passer et tourner le gond. Apres 
a qu'elles sont soudees, on les ouvre et separe l'une de l'autre, autant 
a que la porte a d'epaisseur, puis on les recourbe, le plus quarrement 
a que l'on peut pour les faire joindre et serrer des deux costez de la 
u porte, principalement du coste de dehors : ceste faeon de bandes vaut 
n mieux que les communes parce qu'elles prennent les deux costez de 
u la porte. On y en met trois pour l'ordinaire; on y met quelquefois 
u deux de ces bandes flamandes, ou d'autres droictes, avec un pivot au 
a bas qui prend sous la porte, qui vaut encore mieux, pourveu qu'il soit 
a bien fait et mis comme il  n En effet, les Pentufes de 1301165 
pendant le moyen age etaient exactement fabriquees ainsi que Jousse 
l'indique encore au commencement du xvne siecle. (les pieces de fer ont, 
au point do vuo de l'art du forgeron, une importance considerable. L'ou- 
vrier qui peut forger une penture dans le genre de celles que nous trou- 
Joussc, 1627. 
Mathurin 
De la fidelle ouverture (le l'art de serrurerie, par 

        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.