Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Quai-Synagogue]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1139468
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1139866
j RESTAURATION ]  '20  
u semblent, sous certains aspects, batis d'hier. Et dans leurs parties 
a degradees, que de vestiges de peinture, de sculpture, de distributions 
a interieuresl que de documents pour l'imagination! que de jalons 
a pour la guider avec certitude a la decouverte du passe, sans compter 
u les anciens plans de du Cerceau, qui, quoique incorrects, peuvent 
a etre aussi d'un grand secours l 
a Jusqu'ici ce genre de travail n'a ete applique qu'aux monuments 
a de Fantiquite. Je crois que, dans le domaine du moyen agejl pourrait 
a conduire a des resultats plus utiles encore; car les indications ayant 
a pour base des faits plus recents et des monuments plus entiers, ce 
a qui n'est souvent que conjectures a Pegard de Fantiquite, deviendrait 
a presque certitude quand il s'agirait du moyen fige : et par exemple, 
a la restauration dont je parle, placee en regard du chateau tel q11'il est 
a aujourd'hui, ne rencontrerait, j'ose le croire, que bien peu d'incro- 
(r dules.  
Ce programme si vivement trace par l'illustre critique il y a trente- 
quatre ans, nous le voyons realise aujourd'hui, non sur le papier, non 
par des dessins fugitifs, mais en pierre, en bois et en fer pour un chateau 
non moins interessant, celui de Pierrefonds. Bien des evenoments se 
sont ecoules depuis le rapport de l'inspecteur general des monuments 
historiques en 1831, bien des discussions d'art ont ete soulevees; cepen- 
dant les premieres semences jetees par M. Vitet ont porte leurs fruits. 
Le premier, M. Vitet s'est preoccupe de la restauration serieuse de nos 
anciens monuments; le premier il a emis a ce sujet des idees pratiques; 
le premier il a fait intervenir la critique dans ces sortes de travaux : la 
voie a ete ouverte, d'autres critiques, d'autres savants s'y sont jctes, et 
des artistes apres eux. 
 Quatorze ans plus tard, le mcme ecrivain, toujours attache a l'oeuvre 
qu'il avait si bien commencee, faisait l'histoire de la cathedrale de 
Noyon, et c'est ainsi que dans ce remarquable travail 1 il constatait les 
etapes parcourues par 165" savants et les artistes attaches aux memes 
etudes. a En effet "l, pour connaitre l'histoire d'un art, ce n'est pas assez 
u de determiner les diverses periodes qu'ila parcourues dans un lieu 
u donne, il faut suivre sa marche dans tous les lieux oi1 il s'est produit. 
(cindiquer les varietes de forme qu'il a successivement revetues, et 
u dresser le tableau comparatif de toutes ces varietesen mettant cn 
a regard, non-seulement chaque nation, mais chaque province d'un 
a meme pays... C'est vers ce double but, c'est dans cet esprit qu'ont etc 
a dirigees presque toutes les recherches entreprises depuis vingt ans 
(z parmi nous au sujet des monuments du moyen age. Deja, vers 10 
a commencement du siecle, quelques savants d'Angleterre et dütllemagne 
Fäglise 
1 Voyez la Monographie de 
DaniclRamäe, 18h51.  
"3 Page 38. 
Nofre-Dame de Noyon, par M. 
Vitet et par
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.