Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Quai-Synagogue]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1139468
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1139853
 19  l RESTAURATION j 
a et belle ecole de sculpture, heritiere des procedes et meme du style 
e de l'art antique, quoique toute moderne dans son esprit et dans ses 
u effets, et qui, comme toutes les ecolcs, a eu ses phases et ses revolu- 
fi Lions, dest-it-dire son enfance, sa maturite et sa decadence..... 
n  Aussi faut-il s'estimer heureux quand le hasard nous fait de- 
a couvrir dans un coin bien abrite, et ou les coups de marteau n'ont 
w pu atteindre, quelques fragments de cette belle et noble sculpture. n 
Et comme pour combattre l'influence de cette phraseologie sepulcrale 
employee alors qu'il s'agissait de (lecrire des monuments du moyen 
ilgü, plus loin M. Vitet s'exprime ainsi a propos de la coloration appli- 
quee a l'architecture : u En effet, de recents voyages, des experiences 
w incontestables, ne permettent plus de douter aujourd'hui que la Grece 
t: antique poussa si loin le goüt de la couleur, qu'elle couvrit de pein- 
u tures jusqu'a Fexterieur de ses edilices, et pourtant, sur la foi de 
u quelques morceaux de marbre deleints, nos savants, depuis trois 
a sieeles, nous faisaient rever cette architecture froide et decoloree. On 
u en a fait autant a Pegard du moyen age. Il s'est trouve qu'a la fin 
u du xvie siecle, grace au protestantisme, au pedantisme, et a bien 
u d'autres causes, notre imagination devenant chaque jour moins vive, 
il moins naturelle, plus terne pour ainsi dire, on se mit a blanchir ces 
a belles eglises peintes, on prit goüt aux murailles et aux boiseries 
fl toutes nues, et si l'on peignit encore quelques decorations interieures, 
u ce ne fut plus, pour ainsi dire, qu'en miniature. De ce que la chose 
a est ainsi depuis deux ou trois cents ans, on s'est habitue a conclure 
u qu'il en avait toujours ete de meme, et que ces pauvres monuments 
w sT-taient vus de tout temps pales et depouilles comme ils le sont 
u aujourd'hui. Mais si vous les observez avec attention, vous decouvrez 
u bien vite quelques lambeaux de leur vieille robe : partout ou le badi- 
(f geon s'ecaille, vous retrouvez la peinture primitive..." l) 
Pour clore son rapport sur les monuments des provinces du Nord 
visitees par lui, M. Vitet, ayant ete singulierement frappe de l'aspect 
imposant des ruines du chateau de Goucy, adresse au ministre cette 
demande, qui aujourd'hui acquiert un a-propos des plus piquants : 
a En terminant ici ce qui concerne les monuments et leur conserva- 
w tion, laissez-moi, monsieur le ministre, dire encore quelques mots a 
u propos d'un monument plus etonnant et plus precieux peut-etre que 
e tous ceux dont je viens de parler, et dont je me propose de tenter 
a la restauration. A la verite, c'est une restauration pour laquelle il ne 
(z faudra ni pierres, ni ciment, mais seulement quelques feuilles de 
a papier. Reconstruire ou plutot restituer dans son ensemble et dans 
a ses moindres details une forteresse du moyen age, reproduire sa de- 
" coration interieure et jusqu'a son ameublement; en un mot, lui rendre 
c sa forme, sa couleur, et, si j'ose le dire, sa vie primitive, tel est le 
a projet qui m'est venu tout d'abord a la pensee en entrant dans l'en- 
a ceinte du chateau de Couev. Ces tours immenses, ce donjon colossal,
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.