Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Quai-Synagogue]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1139468
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1142244
( SCULPTURE ]  258  
point couler de grandes pieces de bronze 1. Sans vouloir en rien diminuer 
le merite de ces industriels, nous ne pouvons admettre qu'ils aient 
retrouve les procedes de fonte; ils n'ont fait qu'adopter, pour toute fonte, 
un mode rarement employe : et cela s'explique par la nature meme des 
objets d'art qu'on leur demandait. Il s'agissait de fondre des statues 
dhpres l'antique. Il est evident que le procede de cire perdue ne pouvait 
etre alors employe. Il fallait battre des piäces sur un moulage ou sur 
l'original, faire un noyau, rassembler avec grand soin les pieces autour 
du noyau, et couler du bronze dans l'intervalle reste libre. Ce procede, 
si interessant et precieux qu'il soit, eut un inconvenient, il deshabitua 
les statuaires de faire des cires perdues; ceux-ci se contenteront des lors 
de faeonner un modele en terre que l'on moule en platre; sur ce platre 
les pieces sont battues, et 1.'on coule, en menageant un noyau au centre 
de toutes ces pieces rassemblees. Mais comme il est tres-diflicile, sinon 
impossible, de battre des pieces sur une statue entiere et de les rassembler 
exactement, on coupe les statues en plusieurs morceaux et l'on fond 
separement chaque piece; puis on rassemble ces pieces par des tenons, 
des goupilles et des rivets. Or, jamais, par ce procede, le bronze ne 
conserve cet ensemble, cette unite d'aspect des pieces fondues d'un seul 
jet. Puis, comme les coutures, les bourrelets reserves pour l'assemblage 
se multiplient, il faut passer sur tout cela la lime, le burin, contenter 
les parties faibles; si bien que la statue fondue ne reproduit qu'assez 
imparfaitement le modele du maitre. Nous ne voyons pas trop ce que 
l'art a gagne a cela, si ce n'est de permettre au premier modeleur venu 
de faire faire un bronze par un fondeur. 
Mais quand il faut que l'artiste qui veut couler une statue en bronze 
fasse lui-meme le noyau de terre de sa figure,  car ce noyau est la 
partie essentielle,  veille a ce que ce noyau, faeonne en argile et paille 
hachee, soit bien seche; quand, apres cela, il faut revetir cette grande 
maquette d'une couche de cire dont Yepaisseur doit etre exactement 
calculee; modeler cette cire pour obtenir les finesses de la forme; puis, 
enfin, apres avoir manage des events et des jets, faire recouvrir tout cela 
d'une epaisse couche de terre preparee expres, la bien envelopper et 
cercler; chauffer l'ensemble pour que la cire s'echappe en fondant; et 
eniin, apres avoir combine le melange de ses metaux et avoir fait faire 
un fourneau, couler la matiere en fusion dans le vide qu'oceupait la 
cire : certes, alors, il y a 1a tout un labeur penible, chanceux, une suite 
de calculs et de combinaisons, une idee arretee des le commencement 
l Il en est de cette singulibre prdtention comme de beaucoup d'autres du mäme temps. 
On repete partout, par exemple, que la brouette a eue inventec sous Louis XlV ; or, il est 
vingt manuscrits du xm" et du xive sibclc dont les vignettes prescntent des brouettes 
beüuwup moins grossieres que celles du xvlf sieclc. Le haquct est, dit-on encore, invente 
par Pascal; l'invention ne lui ferait pas grand honneur, mais elle ne lui appartient pas. 
On voit des haquets üguräs des le XlVc siecle.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.