Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Quai-Synagogue]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1139468
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1141796
 213  [ SCULPTURE ] 
logique qui conduit de la theorie a la pratique, comme elles n'existaient 
point en 1180, et qu'il ne parait pas que les ecoles monastiques aient 
pretendu prendre ce role, il n'est pas surprenant que Pecole laique, 
nouvellement formee alors, se soit jetee avec passion dans cette applica- 
tion de principes nouveaux a Fornementation sculptee, d'autant qu'elle 
avait hate d'en finir avec cet art roman qui representait a ses yeux la 
feodalite monastique, dont elle ne voulait plus, dont saint Bernard avait 
diffame les arts, et que les eveques tendaient a detruire. 
L'ecole de Cluny, Inalgre les reproches du fondateur de l'ordre de 
Citeaux, ne tenait pas moins a conserver le rang eleve qu'elle avait su 
prendre dans la pratique des arts. A ce point de vue, elle pretentlait 
marcher avec le siecle et le devancer au besoin. Vers 1130, ses relations 
avec l'0rient s'etaient etendues. Elle elevait alors le narthex de Yeglise 
de Vezelay, dont Yornementation est mieux penetree de cet art greeo- 
romain de Syrie que ne l'est celle de la nef. Quelques annees apres, vers 
1150, elle construisait la salle capitulaire de la meme eglise, dont la 
sculpture est si fortement empreinte de l'art byzantin de Syrie, qu'on 
croirait voir, dans la plupart des chapiteaux et culs-de-lampe, des frag- 
ments arraches a ces villes greco-romaines du Hauran. Dans cette voie 
d'imitation, ou d'interpre'tation plutot, on ne pouvait aller plus loin sans 
tomber dans les pastiches ou la monotonie, car cette ornementation 
greco-romaine, de meme que l'ornementation grecque, son aieule, ne 
brille pas par la variete. L'ecole clunisienne fit donc un temps (larret, 
et chercha les elements nouveaux qui lui manquaient dans Famas de 
traditions usees par elle. Ces elements, elle les trouva dans les vegetaux 
de ses champs; elle pensa qu'au lieu d'imiter ces feuillages de convention 
attaches sur les frises et les chapiteaux de la Syrie, au lieu d'essayer de 
les modifier suivant le goüt de l'artiste, il serait mieux de prendre les 
plantes qui croissent dans la campagne, et d'essayer de les mettre a la 
place de la flore traditionnelle qu'elle reproduisait sans cesse avec plus 
ou moins (l'adresse et de charme. Desormais cette ecole, rompue aux 
difficultes du metier, habile de la main, grace a ce long apprentissage, 
etait capable de rendre avec delicatesse ces plantes qui allaient remplacer 
Fornementation romane a bout d'invention ou d'imitation. Aussi ses 
essais sont des .coups de maitre. Vers 1160, on ouvrit dans la salle capi- 
tulaire de Vezelay, batie depuis dix ans, trois arcades donnant sur le 
cloitre. Ces trois arcades sont decorees de chapiteaux et d'archivoltes 
sculptes dont rien rfegale la souplesse et Yelegance. La forme generale 
de ces chapiteaux rappelle encore la forme romane, mais les details 
imites de la flore des champs sont composes avec une grace, une delica- 
tesse de modele que la main la plus exercee atteindrait difficilement. 
Voici (fig. A6) un fragment de ces groupes de chapiteaux tailles dans 
de la pierre qui a la durete et la finesse de grain du marbre. Ces sculp- 
teurs n'avaient pas ete loin pour chercher leur modele d'ornement: ils 
avaient cueilli quelques tiges d'ancolie ou (lfeclaire.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.