Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Quai-Synagogue]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1139468
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1141725
SCULPTURE 
206 
cote (l'une imitation trirs-line de la sculpture byzantine est un morceau 
lourdement inspire des restes gallo-romains, comme dans l'exemple pre- 
cedent, qui se rapproche de 11110. Cependant les fragments anciens de la 
cathedrale de Bourges' qui garnissent les deux portes nord et sud, et 
notamment le linteau a grands enroulements d'une de ces deux portes 
(M130 a 1150), presentent un caractere de sculpture assez franc, se rap- 
prochant beaucoup de l'art roman de Chartres et de Plle-tle-France. 
Par le fait, vers cette epoque, l'ecole romane du Nord se developpe 
sur une surface de territoire etenflue qui comprend Flle-de-Frztncc 
proprement dite, une partie de la Normandie Sequanaise, le Beauvaisis, 
le Berry, le pays Chartrain et la basse Champagne. Cette ecole, de 
1130 a M115, avait, de ces elements, su mieux qu'aucune autre (Feeole 
toulousaine exceptee) composer un style particulier qui n'est ni le 
byzantin, ni une corruption du gallo-romain, ni une reminiscence de 
l'art nord-europeen, mais qui tient un peu de tout cela, et qui, au total, 
produit de beaux resultats. Arrivee plus tard que les ecoles du Centre et 
du Midi, et surtout que la grande ecole de Cluny, peut-etre a-t-elle 
profite des efforts de ses devancieres, a-t-elle pu mieux qu'elles operer 
un melange plus complet de ces styles divers. 
Cependant, quand on remonte aux premiers essais de l'ecole dont le 
foyer est Flle-de-Frzince, apres l'abandon des traditions gallo-romziines 
restees sur le sol, on ne peut meconnaitre que cette ecole reagit plus 
qu'aucune autre contre ces traditions. On pourrait voir la dedans le 
reveil d'un esprit gaulois, d'autant qu'il est bien difficile autrement de 
comprendre Pespece de repulsion que l'art de la sculpture, au commen- 
cement du x11" siecle, manifeste pour tout ce qui rappelle le style romain. 
Dans les autres provinces, au fond de toute sculpture, on retrouve quel- 
que chose de l'art antique admis dans les Gaules, et plus specialement 
dans les pays de langue d'oc, mais autour de Paris des elements neufs 
ou renouveles apparaissent. 
Cette ecole de Flle-de-France etait certes, au commencement du 
xne siecle, relativement barbare. Uechantillon de sculpture d'ornement 
datant de cette epoque que nous donnons ici (fig. A3), tire de Feglise 
abbatiale de Morienval (0ise) 2, est bien eloigne de la belle et large sculp- 
ture de Vezelay, de celle de Toulouse, de celle du (Juercy. Mais on ne 
peut voir la seulement de grossieres reminiscences des arts antiques. 
Le cheval sculpte sur l'un de ces chapiteaux se retrouve sur un grand 
nombre de monnaies gauloises anterieures a la domination romaine. 
Cette ornementation inspiree d'ouvrages de vannerie est elle-meme plus 
1 Fragments romans replacäs aux portes nord ct sud, lors do la reconstruction de la 
catluädrnle au xxne siizclc. 
2 Chapiteaux de l'abside, dont la construction remonte aux PPOIUIÄWBS annäes du 
x11" sibclo. Nous devons ces ctcssins il M. Bmswilwalrl, qui a bien voulu nous communi- 
quer los (itudos trils-ddlaillüos fuites par lui sur cet intdressunt monument.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.