Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Quai-Synagogue]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1139468
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1141643
SCULPTURE 
198 
trouve des traces a Poitiers, et: des arts byzantins. Dans la composition 
bizarre du pilier de gauche tenant a la porte de Feglise abbatiale de 
Souillac (fig. 37), on peut signaler certains rapports avec le systeme 
de composition de la figure 33, copiee sur un manuscrit saxon du British 
Museum, et dans la statue A qui (lecore l'un des picds-ilroits de la meme 
porte, on reconnait l'influence byzantine qui agit si puissamment a 
Moissac, dont la sculpture derive de Yecole de 'l'oulouse. Ces animaux 
du pilier de Souillac, qui se morilent et se nattent, ne se rencontrent 
ni dans la sculpture gallo-romaine, ni dans la sculpture ou la peinture 
greco-romziinc de Syrie. Pour trouver des analogues a cet art, il faut 
recourir aux monuments scandinaves, nord-europeens, islandais, ou a 
ces manuscrits dits saxons de Londres, ou encore a certaines sculptures 
hindoues; toutefois il faut reconnaitre que dans l'exemple que nous 
fournit Feglise de Souillac, il y a une tendance marquee a imiter la 
nature. Quelques-uns de ces animaux ont une apparence de realitc et 
ne sont plus agences reguliereinent pour former ornement. Les artistes 
avaient donc vu trcs-probablement un certain nombre de ces produits 
nord-europeens, mais ils ne faisaient que s'en inspirer, s'en rapportant, 
pour Fexecution, a l'observation de la nature. Il serait difficile de donner 
la signification de cette sculpture etrange. Le luis-relief du tympan 
dont ces piliers supportent Farchivolte represente un sujet legenilaire 
dans lequel un abbe et le demon se trouvent traiter de certaines zilfaires 
qui finissent au detriment du tentateur. Deux statues assises de saint 
Pierre et d'un saint abbe flanquent le bas-relief. Nous ne saurions indi- 
quer une correlzition entre ces bas-reliefs et les piliers, si toutefois les 
artistes y ont songe. 
A Moissac, on retrouve, sur le trumeau de la grande porte de Peglise, 
des reminiscences de cet art nord-europeen on nord-hindou, dans ces 
lions entrelaces, superposes, compris entre deux clentelures curvilignes. 
Ainsi donc l'ecole de sculpture de Toulouse venait se melanger, a 
Moissac, a Souillac, avec l'ecole des cotes occidentales de la France; or, 
celle-ci semble avoir recu des elements orientaux d'une assez haute anti- 
quite par des expeditions scandinaves ou normandes, tandis que Fecole 
de TOlIlOlISG ifobeissziit qu'a des traditions gallo-romaines profondement 
modiliees par un apport byzantin. 
Il est loin de notre pensee de vouloir etablir des systemes ou des clas- 
silieations absolues, et nous nous garderons, dans une question aussi 
complexe, de laisser de cote des exemples qui tendraient a modifier ces 
apereus generaux sur les OPlglHGS des arts franeais du moyen age. Il 
reste peu de fragments d'architecture romane a Limoges. Cependant, par 
suite de Yetablissement des comptoirs venitiens dans cette ville, un mou- 
vement d'art avait du se produire des le x6 siecle. Au point de vue de 
l'architecture, Saint-Front de Perigueux en est la preuve. Mais en ne 
considerant que la sculpture d'ornement, dans les villes du Limousin, 
on retrouve quelques traces d'un art qui n'est ni le roman de FOuest,
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.