Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Quai-Synagogue]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1139468
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1141601
[ SCULPTURE 1  i9a  
ordre, dans les ornements des linteaux, des tympans et frises d'un moine 
monument. Bien entendu, nos artistes occidentaux suivirent en cela 
leur exemple, et se garderent de recourir a la majestueuse monotonie 
de Yornementation des monuments gallo-romains, lorsqu'ils reprirent 
en main la pratique des arts. 
Avant de passer outre, il nous parait utile de deiinir, s'il est possible, 
cet art byzantin auquel nous faisons appel a chaque instant; comment, 
en eifet, observer la nature de son influence, si nous n'en connaissons 
ni les elements divers, ni le caractere propre? Nous serions heureux de 
recourir a l'ouvrage d'art ou d'archeologie qui aurait nettement defiui 
ce qu'on entend par le style byzantin, et de partir de ce point acquis a 
la science. Mais c'est en vain que nous avons cherche ce resume clair, 
precis. Tous les documents epars que nous pouvons consulter ne mon- 
trent qu'une face de la question, ne eonsiderent qu'un detail; quant au 
faisceau groupant ces tfitVilllX, nous ne pensons pas qu'il existe. Essayons 
donc de le constituer, car les arts layzzintins connus, les consequences 
que nous pouvons tirer de leur influence sur l'art occidental, sur le 
notre en particulier, sembleront naturelles. N'oublions pas qu'il s'agit 
ici de la sculpture. 
Voir dans l'art de Byzance un compromis entre le style adopte par les 
Romains du Bas-Empire et quelques traditions de l'art grec, ce n'est 
certes pas se tromper, mais c'est considerer d'une maniere un peu trop 
sommaire un phenomene complexe. Il faudrait,  l'art admis par les 
Romains bien connu,  savoir ce quüätaient ces traditions de l'art grec 
sur le Bosphore au IVe siecle. Cet art grec etait roinanise deja avant 
Fetablissement de la capitale de l'empire a Constantinople; mais il s'etait 
romanise en passant par des Iilieres diverses. Or, comme les Romains, 
en fait de sculpture, n'avaient point un art qui leur füt propre, ils 
trouvaient a Constantinople l'art grec modilic par Yeleinent latin et tel, 
a tout prendre, qu'ils l'avaient admis partout ou ils pouvaient employer 
des artistes grecs. Les Romains apportaient donc a Byzance leur genie 
organisateur en fait de grands travaux publics, leur structure, leur goüt 
pour le faste et la grandeur; ils n'ajoutaient rien a Felement artiste 
du Grec. Mais ces Grecs de l'Asie qifetaient-ils au IVÜ siecle? Avaient-ils 
suivi rigoureusement les belles traditions de l'Attique ou meme celles des 
colonies ioniennes, eariennes? l'appelaient-ils par quelques cotes ces pe- 
tites republiques de l'Attique et du Peloponese qui consideraient comme 
des barbares tous les etrangers ? Non certes; ces populations au milieu 
desquelles simplantait la capitale de l'empire etaient un melange confus 
däälements qui, pendant des siecles, avaient etc divises et meme ennemis, 
mais qui avaient fini par se fondre. Le genie grec dominait encore, au 
sein de ce melange, assez pour l'utiliser, pas assez pour Yepurer. 
D'ailleurs pourquoi l'empire romain transportait-il son centre a 
Byzance ? Dorenavant maitre de Yüccident borne par YOcean, "tranquille 
du cote du Nord (le croyait-il du moins) depuis les guerres de Trajan.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.