Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Quai-Synagogue]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1139468
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1141573
 191  { SCULPTURE y 
toulousain, la un chapiteau poitevin ou saintongeois; un baS-religf ä 
figures d'une ecole et Yornementation d'une autre. On comprend donc 
quels scrupules, quelle circonspection il faut apporter dans l'examen 
de ces oeuvres du X110 siecle, si l'on pretend les classer et decouvrir sous 
quelles influences elles se sont produites. Depuis vingt-cinq ans, il a ete 
beaucoup ecrit sur Yarcheologie monumentale de la Franco; on n'est 
pas encore parvenu a s'entendre sur ce qui constitue la deriiiere periode 
de l'art roman, jusqu'a quel point agit Yinlluence byzantine, comment 
et pourquoi elle agit. Plusieurs archeologues, en prenant quelques 
exemples pour le tout, ont pretendu que cet art roman est tout inspire 
du byzantin, c'est-a-dire de l'art romano-grec a son declin. Ceux-ci, 
S'appuyant sur d'autres monuments, ont dcclare que le roman etait abo- 
rigene, dest-a-dire ne sur le sol francais, comme poussent des champi- 
gnons apres la pluie; quelques-uns, considerant, par exemple, certains 
edifices de la Provence, ont soutenu que le roman rfetait que l'art gallo- 
Pomain repris et brasse par des mains nouvelles. Ces opinions differentes, 
en leur enlevant ce qu'elles ont d'absolu, sont justes si l'on n'examine 
qu'un point de la question, fausses si l'on envisage l'ensemble. Notre 
roman nous appartient sans nul doute, mais partout il a un pere etran- 
ger. Ici romain, la byzantin, plus loin nord-hindou. Nous l'avons eleve, 
nous l'avons fait ce qu'il est, mais a l'aide d'elements qui viennent tous, 
sauf le romain, de 1'0rient. Et le romain lui-meme, d'on est-il venu? 
bous avons vu parfois quelques personnes semerveiller de ce que 
Qertains chapiteaux du X116 siecle avaient des rapports de ressemblance 
fPappants avec Yoriiementation des chapiteaux egyptiens des dernieres 
dynasties. Cependant il n'y a rien la qui soit contraire a la logique des 
faits. Ces arts partent tous d'une meme source commune aux grandes 
Faces qui ont peuple une partie de l'Asie et de FEurope, et il n'y a rien 
(l extraordinaire qu'un ornement sorti de l'inde pour aller s'implanter 
en Egypte ressemble a un ornement sorti de l'Inde pour aller s'implanter 
flans l'ouest de l'Europe. Lorsque l'histoire des grandes emigrations 
dfyennes sera bien connue depuis les plus anciennes jusqu'aux plus 
IfiCentes, si l'on peut semerveiller, c'est qu'il n'y ait pas encore plus de 
Slmilitudes entre toutes les productions d'art de ces peuplades sorties 
q 111) Ineme noyau et pourvues du meme genie, c'est qu'on ait fait inter- 
Wenir a travers ce grand courant une race latine, et qu'on ait englobe 
Celtes, Kymris, Belges, Normands, Burgondes, Wisigoths, Francs, tous 
Iflflo-Europeens, dans cette race dite latine, cüest-ä-dlfe COHHHGG sur 
quelques hectares de l'Italie centrale. On aurait beaucoup simplifie les 
questions historiques d'art, si l'on n'avait pas pretendu les faire marcher 
Mec l'histoire politique des peuples. Une conquete, un traite, une deli- 
lTfitation de frontieres, n'ont une action sur les habitudes et les moeurs 
d Un peuple, et par consequent sur ses arts, qu'autant qu'il existe, en 
dehors de ces faits purement politiques, des affinites de races ou tout au 
moins des relations dünteret. Les Romains ont possede la Gaule pendant 

        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.