Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Quai-Synagogue]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1139468
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1141503
SCULPTURE 
1811 
dans la statuaire, ce compromis entre la tradition de Fecole byzantine 
qui leur sert d'enseignement, et l'observation de la nature qui leur est 
propre, ils le font pour la sculpture d'ornement. Ce qu'ils melent a l'art 
oriental, c'est un element vivace, jeune, et le produit qui resulte de ce 
inelange est plus fertile en deductions, plus logique que ne Petait l'ori- 
ginal lui-meme. Les consequences rigoureuses de cette disposition 
intellectuelle des artistes franeais au xne siecle ont etc deja expliquees 
a propos de la statuaire; elles sont plus sensibles encore dans la sculpture 
d'ornement, celle-ci n'etant pas rivee a 1a reproduction d'une certaine 
forme, la figure humaine, et laissant un champ plus vaste a l'imagina- 
tion ou a la fantaisie, si l'on veut. 
Mais il est necessaire, avant d'arriver a la grande transformation due 
aux artistes de la fin du xne siecle, de suivre notre revue des diverses 
ecoles au moment ou Finiluence byzantine se fait sentir a 1a suite des 
premieres expeditions en Orient. Cette influence est tres-puissante en 
Languedoc, partielle en Provence; elle prend un caractere particulier au 
centre des etablissements de Gluny. La sculpture d'ornement de Yeglise 
de Vezelay n'a plus rien de romain comme celle de la Provence; elle 
n'est pas byzantinisäe, soit par l'influence des monuments de Syrie, soit 
par l'imitation d'objets et düfztoifes apportes d'0rient, comme celle du 
Languedoc; elle s'inspire evidemrnent de l'art romano-grec, mais elle 
eclot sur un sol si bien preparc, que, des ses premiers essais, elle atteint 
lbriginalite. Nous avons cru voir, a la naissance de la statuaire cluni- 
sienne, une transposition de l'art de la peinture grecque; il nous serait 
plus difficile d'expliquer comment la sculpture d'ornement byzantine 
atteint, du premier jet, presque a la hauteur d'un art original dans les 
grandes abbayes de Gluny. La peinture grecque n'a plus la dinüuence, 
car la sculpture clunisienne du commencement du X119 siecle ne la 
itappelle pas. Uornementation romane du x18 siecle des provinces du 
Centre et de l'Est n'a rien prepare pour cette ecole clunisienne. L'in- 
Iluence byzantine, reconnaissable, semble etre comme une graine semee 
dans une terre vierge, et produisant, par cela meme, un vegetal d'un 
aspect nouveau, plus grandiose, mieux developpe et surtout d'une 
beaute de formes inconnue. Malheureusement les premiers essais de 
cette transformation nous manquent, puisque les parties les plus an- 
ciennes de Peglise mere de Gluny ont ete demolies. Nous ne pouvons 
la saisir que dans son entier developpement, dest-a-dire de 1095 a 1110, 
epoque de la construction de la nef de Yeglise de Vezelay. Est-il une 
composition d'ornements mieux entendue, par exemple, que celle de ce 
triple chapiteau du trumeau de la porte centrale de cette eglise 1; chapi- 
teau destine a soutenir deux pieds-droits et un pilastre decores de statues 
(Hg. 31) (voy. TRUMEAU). Si l'on retrouve dans le faire de cette sculpture, 
dans ces feuilles decoupees, aigues, vivement retournees, l'emprunt de 
Voyez Purmz, fig. 51.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.