Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Quai-Synagogue]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1139468
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1141453
  179  [ SCULPTURE ] 
romano-grecque de Syrie, se developpe une frise, se pose un chapiteau, 
qu'on pourrait croire empruntes a quelques ruines gallo-romaines. Ce 
melange des deux arts, ou plutot des deux branches de l'art romain, 
dont l'une s'est developpce dans les Gaules, et l'autre en Syrie, sous 
l'influence grecque, ne donne au total qu'un art mediocre, sans caractere 
propre, sans originalite. Ce n'est pas la le cote brillant de l'architecture 
provencale du X112 siecle. La sculpture d'ornement ne prend pas une 
allure libre entre deux influences egalement puissantes. Les cloitres de 
Saint-Trophime d'Arles, de Montmajour; les eglises de Saint-Gabriel pres 
de Tarascon; de Saint-Gilles, du Thor pres d'Avignon, presentent dans 
leur sculpture d'ornement ce caractere mixte, hesitant, des reminiscences 
de deux arts sortis d'un meme tronc, il est vrai, mais qui, s'etant deve- 
loppes separement, ne peuvent plus s'allier et preoccupent l'oeil par la 
diversite des styles. On peut fondre deux arts d'origines differentes ou 
un art ancien dans des principes nouveaux; mais deux branches d'un 
Intime art, lorsqu'on pretend les reunir, se soudent mal et laissent dans 
l'esprit le sentiment d'une chose inachevee, ou tout au moins produite 
par des artistes isoles, fort surpris de trouver leurs (nuvres melecs. 
Tout autre est l'ecole de Toulouse : celle-la abandonne franchement, 
au X110 siecle, l'imitation de la sculpture d'ornement gallo-romaine; mais 
en s'inspirant de l'art byzantin, en lui empruntant ses hardiesses, ses 
Combinaisons geometriques, ses compositions, elle conserve un caraotärfb 
local, du tries-vraisemblablement aux emigrations qui se repandirent 
dans le Languedoc a la chute de l'empire romain. Cette ecole s'emancipe 
0h produit des ouvrages tres-superieurs ä ceux de l'ecole provencale. Il 
faut reconnaitre quündependamment de son caractere propre, Pecole 
de Toulouse n'est pas en contact direct avec FOrient; ce qui l'inspire, ce 
S-Ont moins les monuments de Syrie ou de Constantinople que la vue 
flbbjets provenant du Levant : ivoires, bois sculptes, objets d'orfevrerie, 
elüffes, tout lui est bon, tout devient pour elle un motif d'ornement 
SCulpte. Les Byzantins ne representent, dans leur sculpture monumen- 
tale, ni des animaux, ni des figures humaines; en revanche leurs etolfes 
OH sont amplement remplies : beaucoup d'ornements de Fecole de Tou- 
louse reproduisent, au milieu d'entrelacsf de branches, des animaux 
Üfffüntes, ou se repetant sur une frise comme ils se repetent sur un 
Salon fait au metier. Le musee de Toulouse est rempli de 068 bHHdGHUX 
"Psäemblant fort a de la passementerie byzantine, d'une 5116586 dVlXfiüll- 
ÜOH toute particuliere, et de ces entrelacs rectilignes ou curvilignes, de 
08s rinceaux perles empruntes a des menus objets TaPPOFÜÜS diÜfient et 
aussi au genie local qui, par les emigrations des Wisigoths, a bien quel- 
(lues rapports avec celui des peuplades indo-europeennes du Nord. Les 
flgures 28, 28 bis et 28 ter donnent des exemples de ces ornements ou le 
byzantin se mele a cet art que nos voisins d'Angleterre appellent saxon, 
et dont nous aurons tout ä l'heure l'occasion de parler. 
Mais ou Yecole d'ornement de Toulouse deploie un genie particulier,
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.