Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Quai-Synagogue]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1139468
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1141427
L SCULPTURE j  176  
alliance intime des deux arts. Il suffit, pour le reconnaitre, de feuilleter 
la monographie de cette cathedrale publiee par Lassus, et les planches 
de l'ouvrage de M. Gailhabaudh Les supports des statues, celles-ci et 
les colonnes qui leur servent de dossier, forment un tout dont la 
silhouette est des plus heureuses, et dont les details sont du meilleur 
style. Uoriginalite de ces compositions, qui datent de 1230 a 12h0, est 
d'autant plus remarquable, qu'a cette epoque dejii les maitres des 
oeuvres, seduits par les combinaisons geometriques, tendaient a res- 
treindre le champ du statuaire. 
Des les premieres annees du XIIIE siecle, il s'etait fait dans l'art de la 
sculpture d'ornement une revolution qui tendait d'ailleurs a faciliter 
l'alliance de la statuaire avec l'architecture. La sculpture d'ornement ser- 
vait alors de lien, de transition naturelle entre les formes geometriques 
et celles de la figure humaine, en ce que deja elle recourait a la flore 
des bois et des champs pour trouver ses motifs, au lieu de s'en tenir aux 
traditions des arts romains et byzantins. Il nous faut ici revenir un peu 
en arriere alin de faire counaitre par quelles phases les differentes ecoles 
francaises avaient l'ait passer la sculpture d'ornement, tout en s'occupant 
de developlaer la statuaire. Jusqu'au x1' siecle, sauf de rares exceptions, 
telles que celle presenteeligure M, la sculpture d'ornement reproduisait 
d'une maniere barbare et maladroite les restes de la sculpture gallo- 
romaine. Nous n'avons fait qu'indiquer les influences dues aux Wisi- 
goths, aux Burgondes, aux Scandinaves (Normands), parce qu'il est dif- 
ficile (Vapprecier Yetcndue et l'importance de ces inllucnces, faute de 
monuments assez nombreux. Mais, au moment des premieres croisades, 
la sculpture d'ornement se developpe, nous l'avons dit (leja, avec une 
abondance telle, que bientot les modeles orientaux qui avaient servi de 
point de depart sont depasscs quant a la variete et a Fexecution. Ces 
modeles, les croises occidentaux les avaient trouves dans les villes de la 
Syrie centrale et a Gonstantinople. Mais cette sculpture greco-roinaine 
est plate, un peu maigre, decoupee, et sa composition peclie par la mo- 
notonie. C'est un art de convention qui n'empruntait que bien peu a la 
nature. Le bel ouvrage sur les eglises de Constantinople, par M. Salzen- 
berg2; le Itecizeil (l'architecture civile et religieuse de la Syrie centrale, 
publie par M. le comte Melchior de Vogüe avec les dessins de M. Duthoit 3, 
nous font assez connaitre que deja, au v5 siecle, il existait dans toute 
cette partie de POrient, visitee plus tard par les croises, une quantite de 
monuments dans lesquels la sculpture d'ornement prend un caractere 
particulier, evidemment issu de l'antique art grec, mais profondement 
modifie par les influences romaines et asiatiques. Aussi, dans son Avant- 
1 Lülrchitecture du v2 au xvne siäcle, et les arts qui en däpendenf, t. 
trional de Päglise cathddralc de Chartrcs et les dätails. 
2 AIt-Clzristliclze Baudenknzale von Consianlinopel. Berlin, 1854. 
3 Baudry, Paris, 1865. 
1 ; Porche septen-
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.