Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Quai-Synagogue]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1139468
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1141275
 161  [ SCULPTURE I 
Il ne faudrait pas croire cependant que dans leurs oeuvres Pexecution 
materielle ne tint pas une grande place. Il ne s'agit pas ici de cette per- 
fection mecanique qui consiste a tailler et ciseler adroitement la pierre, 
le marbre ou le bois : ils ont prouve que, sous ce rapport, ils ne le ce- 
daient a aucune ecole, y compris celles de lüintiquite; mais il s'agit de 
cette execution si rarement comprise de nos jours, et qui tient a l'objet, 
E1 sa place, a sa destination. Les sculpteurs du moyen agc ont compose 
de tres-petits bas-reliefs et des colosses. Si nous nous reportons au 
belle antiquite grecque, nous observerons que les infiniment petits en 
sculpture sont traites commeles oeuvres d'une dimension extra-naturelle. 
Les procedcs admis pour le modele d'une figure de 1 centimetre ou 2 de 
hauteur sur une pierre intaillee grecque sont les memes que ceux ap- 
pliques a 11n colosse. En effet, pour qu'un colosse paraisse grand, il ne 
suffit pas de lui donner une dimension extra-naturelle; il faut sacrifier 
quantite de details, exagerer les masses, faire ressortir certaines parties. 
Il en est de meme si l'on cherche l'infiniment petit. L'echelle alors vous 
oblige a sacrifier les details, a faire valoir les masses principales. Aussi 
les pierres gravees grecques donnent-elles Fidee d'une grande chose; et 
si l'on voulait faire un colosse avec une de ces figures de 2 centimetres 
de hauteur, il n'y aurait qu'a la grandir en observant exactement les 
procedes de l'artiste. Les Egyptiens, dans la haute antiquite, avantles 
Ptolemees, ont mieux qu'aucun peuple compris cette loi: leurs colosses, 
dont ils ne sont point avares, sont traites en raison de la dimension; 
Gest-a-dire que plus ils sont grands et plus les dctails sont sacrifies, plus 
les points saillants de la forme generale sont sentis, prononces. Aussi 
les colosses egyptiens paraissent-ils plus grands encore qu'ils ne le sont 
reellement, tandis que les grandes statues que nous faisons aujourd'hui 
ne donnent guere Fidee que de la dimension naturelle. 
Les artistes de la premiere moitie du X1119 siecle ont sculpte quantitc 
de colosses, et en les seulptant, ils ont observe cette loi si bien pratiquee 
dans Fantiquite, d'obtenir une execution d'autant plus simple que l'objet 
est plus grand et d'insister sur certaines parties qu'il s'agit de faire valoir. 
Voyons, par exemple, comme sont traitees les statues colossales de la 
galerie des rois de la cathedrale d'A1niens. La plupart de ces statues sont 
assez mediocres, mais toutes produisent leur effet de grandeur par la 
maniere dont elles sont traitees; quelques-unes sont tres-bonnes. Les 
draperies sont d'une simplicite extreme, les detailssacriiies, mais les 
mouvements nettement accuses, accuses meme souvent a l'aide d'ou- 
trages faits a la forme reelle. D'ailleurs tout, dans Yexecution, est traite 
en vue de la place occupee par ces statues, qui sont posees a 30 metres 
du sol. Prenons une tete de l'un de ces colosses (fig. 21). On observera 
comme les traits sont coupes en raison de la hauteur a laquelle sont placees 
ces statues. L'oeil se detache profondement de la racine du nez comme 
dans certains colosses de la haute Egypte. Il est incline vers le sol. Le 
nez est taille hardiment, avec exageration des saillies 51 1a pacinejit 
VIll.  211 

        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.