Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Quai-Synagogue]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1139468
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1141101
[ SCULPTURE ]  llili  
trer dans l'atelier du laique, celui-ci s'en saisit comme d'un moyen d'ex- 
primer ses aspirations longtemps contenues, ses desirs et ses esperances. 
L'art, dans la societe des villes, devint, au milieu d'un etat politique tres- 
imparfait,  qu'on nous passe l'expression,  une sorte de [ibertäflc la 
presse, un exutoire pour les intelligences toujours pretes a reagir contre 
les abus de l'etat feodal. La societe civile vit dans l'art un registre ouvert 
oü elle pouvait jeter hardiment ses pensees sous le manteau de la 
religion; que cela fut reflechi, nous ne le pretendons pas, mais c'etait 
un instinct: l'instinct qui pousse une foule manquant d'air vers une 
porte ouverte. Les eveques, au sein des villes du Nord qui avaient des 
longtemps manifeste lebesoin de s'affranchir des pouvoirs feodaux, dans 
ce qu'ils crurent etre Finteret de leur domination, pousserent active- 
ment a ce developpement des arts, sans s'apercevoir que les arts, une 
fois entre les Inains laiques, allaient devenir un moyen d'affranchisse- 
ment, de critique intellectuelle dont ils ne seraient bientot plus les mai- 
tres. Si l'on examine avec une attention profonde cette sculpture laique 
du X111" siecle, si on Yetudie dans ses moindres details, on y decoilvre 
bien autre chose que ce qu'on appelle le sentiment religieux : ce qu'on 
y voit, destavant tout un sentiment (lemocratique prononce dans la ma- 
niere de traiter les programmes donnes, une haine de l'oppression qui 
se fait jour partout, et ce qui est plusnoble et ce qui en fait un art digne 
de ce nom, le degagement de l'intelligence des langes theoqratiques et 
feodaux. Considerez ces tetes des personnages qui garnissent les por- 
        
de la puissance morale, sous toutes les formes. Celle-ci est pensive et 
severe gcctte autre laisse percer une pointe d'ironie entre ses levres ser- 
rees. La sont ces prophetes du linteau de la V ierge,dont la physionomie 
meditative et intelligente finit, si on les considere de pros et pendant un 
certain temps, par vous embarrasser comme un probleme. Plusieurs, 
animes d'une foi sans melange, ont les traits (Yillumines; mais combien 
plus expriment un doute, posent une question et la meditent? Aussi nous 
expliquons-nous aujourd'hui les dedains et les colores meme quexcitc, 
dans certains esprits, l'admiration que nous professons pour ces ceuvres, 
surtout si nous les declarons franqaises. Au fond, cette protestation est 
raisonuee. Longtemps nous avons pense  car tout artiste possede une 
dose de naivete  qu'il y avait, dans cette opposition a notre admiration, 
ignorance des (nuvres, presomptions ou prejuges qu'un examen sincere 
pourrait vaincre a la longue. Nous nous abusions completement. La 
question, c'est qu'il ne faut pas que cet art puisse passer pour beau; et il 
ne faut pas que cet art soit admis comme beau, parce qu'il est une mar- 
que profonde de ce que peut obtenir l'aifranchisse1nent des intelligences 
et des developpements que cet zilfranchissement peut prendre. Une ecole 
qui, elevee sous des cloitres, dans des traditions respectees, s'en eloigue 
brusquement, pour aller demander la lumiere a sa propre intelligence, 
ä sa raison et a son examen, pour reagir contre un dogmatisme seculaire
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.