Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Quai-Synagogue]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1139468
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1141051
139 
SCULPTURE 
De meme que, dans un poeme, un auteur peut Pfitlllil" toutes les vertus 
qui se trouvent eparsesvchtiz un grand nombre (Fhoinmes, mais dont  
chacun, en particulier, a la conscience sans les pratiquer a la fois ; de! 
menie sur un bloc de marbre ou avec un peu de terre, le statuaire grec 
a su reunir toutes les beautes empruntecs Si un certain nombre (l'indivi- 
dus choisis. La conscquence morale et physique de cette operation de 
         
pression intellectuelle. Par conseqiient, si violente que soit l'action a 
laquelle se livre ce type, si vifs que soient ses sentiments, du moment 
que l'idcal est admis (dest-ii-dire le beau par excellence, dest-Si-dire 
la ponderation), la grimace, soit par le geste, soit par l'expression 
des traits, est exclue. Les Lapitlies, qui combattent si bien les (len- 
taures sur les mctopes du Parthenon, expriment parfziitement leur 
action, mais ce n'est ni par des grimaces, ni par Pexageration du geste, 
ni par un jeu outre des muscles. Le geste est largement vrai dans son 
ensemble, finement obstirve dans les details; mais ces hommes ne font 
point de eontorsions a la maniere des jaersoniiages de ltiiehel-Ange. Si 
les traits de leurs visages paraissent conserver une sorte (Fimpassibi- 
lite, le mouvement des tetcs, un loger froncement de sourcil, expri- 
ment la lutte bien mieux que ne l'aurait l'ait une (lecomposition des 
lignes de la face. On ne saurait pretendre que les tetes, malheureuse- 
ment trop rares, des statues de la belle (Spoque grecque, soient (lepour- 
vues flexpression : elles ne sont jamais grimacaiites, ilacitoril; il ne 
faut pas plus les regarder apres avoir vu celles du Puget qu'il ne faut 
goüter un mets delicat apres s'etre brüle le palais avec une venaison 
pimeiitce. Mais pour retrouver cette expression si iine des types de tetes 
grecques, il ne s'agit pas de les copier niaisement et de nous encombrer 
d'un amas de pastiches plats; mieux vaut alors tomber dans le realisme 
brutal, et copier le premier modele venu, voire le mouler, ce qui est 
plus simple. Estvee a dire que ces types du beau, trouves par les Grecs, 
fussent d'ailleurs identiques, qu'ils aient exclu Yindividualite ? Sur les 
quatre ou cinq tetes de Venus reparties dans les musees de l'Europe, 
et qui datent de la belle cpoque, bien qu'on ne puisse se mepreiidre 
sur leur qualite divine, y en a-t-il deux qui se ressemblent? Parmi ces 
tetcs qui semblent zippartenii" a une race d'une perfection physique et 
intellectuelle supericure, l'une possede une expression de boute insou- 
cieuse, l'autre laisse deviner, a travers ses traits si purs, une sorte d'in- 
flexibilite jalouse, une troisieme sera dcdaigneuse, etc. ; mais toutes, 
comme pour conserver un cachet appartenant a Fantiquite, font songer 
a la fatalite inexorable, qui jette sur leur front comme un voile de sere- 
nite pensive et grave. Retrouvons-nous ce milieu qui nous permette de 
reproduire ces expressionssi delieates? Voyons-nous autour de nous des 
gens subissant ces influences de la societe antique? Les Cerveaux d'au- 
jourd'hui songent-ils aux memes choses 3 Non, certes. Mais nos physio- 
nomies ne (lisent-elles rien ? N'est-il pas possible aux statuaires de pro-
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.