Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Quai-Synagogue]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1139468
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1140972
 "131  [ scunrrune ] 
loppe, ils reproduisent Fetre; qu'en copiant l'instrument, ils donnent 
Fidee de la melodie. 
L'ideal plastique du Grec possede l'agent, l'arme, 1e souffle qui l'a fait 
composer, parce que l'artiste grec a cherche logiquement une forme qui 
rendit sa pensee et l'a trouvee; mais faire Yoperation inverse, prendre 
l'imitation plastique seulement, puisque nous ne pouvons avoir ni les 
idees, ni les aspirations intellectuelles qui guidaicnt l'artiste, et croire 
que dans ce cadavre va venir se loger un souffle, c'est une illusion aussi 
etrange que serait celle du fabricant de fleurs artificielles attendant 
Fepanouissement d'un bouton de rose faconne par lui avec une rare 
perfection. Le merveilleux, c'est de nous entendre accuser de materia- 
lisme en fait d'art par ceux qui ne voient dans l'art de la statuaire que 
la reproduction indellnie d'un type reconnu beau, mais auquel nous 
sommes impuissants a rendre l'aime qui l'a fait naitre l Nous avons la 
pretention de nous croire spiritualistes au contraire lorsque nous disons : 
a Ou ayez sur les forces de la nature, sur les emanations de la Divinite 
les idees des Grecs, vivez dans leur milieu, si vous voulez essayer de 
faire de la statuaire comme celle qu'ils nous ont laissee, ou si vous ne 
pouvez retrouver ces conditions, cherchez autre chose. l) Certes il n'est 
pas necessaire d'etre croyant pour exprimer, par les arts plastiques, des 
sentiments qui impressionnent des croyants; il est fort possible que 
Phidias ne fut nullement devot: mais il faut vivre dans un milieu d'idees 
ayant cours pour pouvoir leur donner une valeur comprehensible et 
pour pouvoir animer le bloc de marbre ou de pierre. Un athee paien 
pouvait etre saisi de respect devant la statue de Jupiter d'0lympie, de 
Phidizis, parce que cet homme, tout athee qu'il fut, se rendait compte 
de Fidee elevee que le Grec attachait au Zcus et vivait au milieu de gens 
qui Fadoraient. L'intelligence se separait en lui de Fincredulite. Com- 
prendre et admettre la foiou la posseder, cela est fort different. Mais 
aussi est-ce bien plutot, le (tirons-nous encore, l'intelligence que le 
sentiment qui permet a l'artiste de produire une impression, de donner 
le souffle a sa creation.  Il est entendu que nous prenons ici l'intelli- 
gence comme inlellecl, faculte de s'approprier et de rendre des idees 
meme ne vous appartenant pas.  Il en est de cela comme de l'acteur 
qui generalement produit d'autant plus d'effet sur le public, qu'il com- 
prend les sentiments qu'il exprime, non parce qu'il en est emu et qu'ils 
emanent de lui, mais parce qu'il a observe comment se comportent ceux 
qui les eprouvent. Or, nous est-il possible aujourd'hui de croire que 
nous faisons des statues pour des Grecs du temps de Pericles ? Peut-il y 
avoir entre le public et nous cette communaute d'idees  admettant 
que nous soyons, nous, mythologues savants-qui existait entre Phiclias 
et son public ? Cette communaute d'idees n'existant pas, ces figures que 
nous faisons en imitant la statuaire grecque peuvent-elles avoir une 
äme, emaner d'une pensee comprehensiblc pour la foule? Certes non; 
des lors ces oeuvres sont purement materielles. Ne portons donc pas 
SCULPTURE ] 
ils donnent
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.