Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Quai-Synagogue]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1139468
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1140789
{ SCULPTURE ]  112  
ces provinces etaient en rapport par Limoges avec les Venitiens, et rece- 
vaient des lors un grand nombre d'objets venus d'0rient. En Bourgogne, 
dans le Lyonnais, l'ecole clunisienne produisait seule des (BLIVPGS d'une 
valeur originale, et comme statuaire, et comme ornementation, par les 
motifs deduits plus haut. Dans Plle-de-France la statuaire n'avait nulle 
valeur, et Fornementatien, comme celle de la Normandie, s'inspirait des 
compositions byzantines, a cause de la grande quantite (Petoffes d'Orient 
qui penetraient dans ces provinces par le commerce des Venitiens et des 
Genois. En Poitou, la statuaire etait egalement tombee dans la plus 
grossiere barbarie, et Yornementaticn, lourde, etait un melan ge de tradi- 
tions gallo-romaines et d'influences byzantines fournies par les etolfes et 
les ustensiles d'Orient. 
Si l'on consulte la carte que nous avons dressee pour accompagner 
l'article GLocnEn (fig. 6), on se rendra compte d'une partie de ces divi- 
sions d'ecoles, bien que les arts de la sculpture n'aient pas exactement 
les memes foyers que ceux de l'architecture. Ainsi, il y a une ecole d'ar- 
chitecture normande au commencement du x12 siecle, et il n'y a pas, a 
proprement parler, d'ecole de sculpture normande. L'ecole de sculpture 
de Flle-de-France ne commence a rayonner que vers la lin de la pre- 
miere moitie du X112 siecle. Si l'influence de l'architecture rhenane se 
fait sentir au commencement du X116 siecle jusqu'a Ghalons-sur-Marne, 
la sculpture des bords du Rhin ne penetre pas si loin-vers l'ouest. Tou- 
louse, qui n'a pas, a la lin du x19 siccle, une ecole d'architecture locale, 
possede dejit une puissante ecole de sculpture. L'architecture, deve- 
loppec au x10 siecle dans les provinces occidentales, ne montre des 
ecoles de sculpture dignes de ce nom qu'au X118 siecle. On peut donc 
compter vers 1100, en France, cinq ecoles de statuaire: la plus ancienne, 
Fecole rhenane; l'ecole de Toulouse, Fecole de Limoges, l'ecole proven- 
cale, et la derniere nee, l'e'cole clunisienne. Or, cette derniere allait 
promptement en former de nouvelles sur la surface du territoire, et 
renouveler entierement la plupart de celles qui lui etaient anterieures, 
en les poussant en dehors de la voie hieratique, a la recherche du vrai, 
vers l'etude de la nature. Constatons d'abord que partout ou resident les 
clunisiens au commencement du x11" siecle, la sculpture acquiert une 
superiorite marquee, soit comme ornementation, soit comme statuaire. 
Le temoignage d'un contemporain, celui de saint Bernard, qui s'eleva 
si vivement contre ces ecoles de sculptures clunisiennes et qui essaya de 
combattre leur influence, serait une preuve de l'importance qu'elles 
avaient acquise au XIIÜ siecle, si les monuments n'etaient pas la. 
L'eeole clunisienne etait la seule en elfet qui pouvait se developper, 
parce qu'en prenant pour point de depart, pour enseignement, dirons- 
nous, l'art byzantin, elle observait la nature, tendait a s'eloigner ainsi 
des types consacres, a se soustraire peu a peu a Yhieratisme des arts 
grecs des bas temps, et qu'elle avait su prendre, dans ces arts, comme 
modele, celui qui avait conserve les allures les plus libres, la peinture.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.