Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Quai-Synagogue]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1139468
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1140779
111 
SCULPTURE 
caractere des sculptures de Byzance, mais le faire, le style hieratique 
manier-e, et jusqu'aux procedes pour indiquer les draperies. Il est certain 
que les artistes qui taillaient ces images ne regardaient ni la nature, ni 
meme les nombreux fragments de Yantiquite romaine qui abondaient 
dans cette contree, mais qu'ils n'avaient d'yeux que pour ces ouvrages 
byzantins d'ivoire, de cuivre ou d'argent repousse qu'on exportait sans 
cesse de Constantinople. Tout dans cette sculpture est de convention; 
on n'y retrouve que les traces elfacees d'un art qui ne procede plus que 
par recettes. Mais de cette sculpture qui sent si fort la decadence, a celle 
qu'on lit un siecle plus tard a peine, dans les memes provinces, il y a 
toute une revolution; car cette derniere a repris l'air de jeunesse qui 
appartient a un art naissant. Ce n'est plus la barbarie senile, c'est le 
commencement d'un art qui va se developper. Des causes politiques em- 
pecherent cette ecole languedocienne de s'elever, ainsi que nous l'expo- 
serons tout a l'heure; mais ce que nous venons de dire explique les 
diverses natures des influences byzantines en France pendant le x10 siecle 
et les premieres annees du X119. (les artistes de Provenee, du Langucdoc, 
du Rhin, par cela meme qu'ils avaient entre les mains un grand nombre 
d'objets sculptes provenant de Byzance, n'avaient pas eu, comme les 
clunisiens, a transposer l'art de la peinture dans la statuaire; aussi leurs 
produits n'ont pas cette originalite des ceuvres de l'ccole clunisienne, qui, 
procedant de la peinture a la sculpture, devait mettre beaucoup du sien 
dans les imitations byzantines. 
Voici donc, a la lin du x16 siecle, quel etait l'etat des ccoles de sculp- 
ture dans les differentes provinces de la France actuelle. Les traditions 
romaines s'elaient eteintes a peu pres partout, et ne laissaient plus voir 
que de faibles lueurs dans les villes du Midi. En Provence, les restes des 
monuments romains etaient assez nombreux pour que l'ecole de sculp- 
turc renaissante a cette epoque s'inspirait principalement de la statuaire 
antique, tandis qu'elle allait chercher les ornements et les formes de 
l'architecture en Oricntl. L'ecole de Toulouse avait abandonne toute 
tradition romaine, et s'inspirait, quant a la statuaire, des nombreux 
exemples sculptes rapportes de Byzance : Fornementation etait alors un 
Compromis entre les traditions gallo-romaines et les exemples venus de 
Byzance. Dans les provinces rhenanes Felement byzantin, mais alterc, 
dominait dans la statuaire et Pornementation. Dans les provinces occi- 
dentales, le Perigord, la Saintonge, la statuaire etait a peu pres nulle, et 
Fornementation gallo-romaine, bien que Saint-Front eüt etc bati sur un 
plan byzantin. A Limoges et les villes voisines, vers l'ouest et le sud, la 
proxirnite des comptoirs venitiens avait donne naissance a une ecole assez 
florissante, appuyee sur les types byzantins. En Auvergne, le Nivernais 
et une juartie du Berry, les traditions byzantines inspiraient la statuaire, 
tandis que Fornementation conservait un caratere gallo-romain. Mais 
Voyez P0111 
fig. 66, et le texte qui accompagne cette figure.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.