Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Quai-Synagogue]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1139468
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1140759
 109  [ SCULPTURE l 
leur origine sur quelques points, une inscription, un meuble, un usten- 
sile. Rien de pareil ne se rencontre sur aucun de ces bas-reliefs. Tout est 
occidental, et encore une fois la sculpture des Byzantins a cette epoque 
n'est pas traitee comme celle de ces bas-reliefs francais. Il est, pour tout 
praticien, une preuve de la transposition de l'art de la peinture byzan- 
tine dans la statuaire chez les clunisiens. On sait que les draperies des 
personnages Figures sur ces peintures sont faites au moyen d'un ton local 
sombre, sur lequel les clairs sont indiques non par un modele adouci, 
mais par des traits qui rendent l'effet de la lumiere accrochant les bords 
de plis iins et repetes. En sculpture, pour obtenir une apparence ana- 
logue, il est necessaire de proccder par plans plus ou moins inclines, et 
de produire ainsi des demi-teintes ayant Yintensite du ton local, mais 
en menageant des aretes nettementcoupees, entre ces plans, qui donnent 
des traits lumineux tres-vifs. C'est ainsi que sont traitees les draperies 
des bas-reliefs de Vezelay (voy. fig. 3); or les sculpteurs byzantins ne 
procedaient pas ainsi, mais au contraire par une succession de plans 
sadoucis, mous, separes par des traits creux formant comme un dessin 
noir destine a rehausser un modelc faible. 
Dans cette statuaire franeaise que nous regardons comme derivec de 
la peinture byzantine tres-ancienne,  car certainement les vignettes de 
manuscrits servaient de types aux clunisiens, et ces manuscrits pouvaient 
etre tres-anterieurs au X115 siecle,  une des qualites qui frappent le plus 
les personnes qui savent voir, c'est l'exactitude et la verite saisissantes 
du geste. Or, quand on sait a quel degre de barbarie etait tombee 
la statuaire au x8 siecle, et combien cette qualite etait oubliee alors, les 
artistes sortis des ecoles de Cluny avaient du recourir a des modeles 
d'une grande valeur, comme art, pour se former. 
Mais il en est de ce fait historique comme de bien d'autres, il faut se 
garder d'etablir un systeme sur un seul groupe (Yobservations. Ce qui est 
vrai ici peut etre crrone la. Si les clunisiens sont parvenus, au commen- 
cement du X116 siecle, a former une ecole de sculpteurs avec les elements 
que nous venons d'indiquer, il est evident que sur les bords du Rhin, 
qu'en Provence et a Toulouse, l'influence byzantine süitait fait sentir des 
avant les premieres croisades, et avait permis de constituer des ecoles de 
sculpture relativement ilorissantes. Sur les bords du Rhin, les tentatives 
de Charlemagne pour faire renaitre les arts avaient porte quelques fruits. 
Ce prince s'etait entoure d'artistes byzantins, avait recu de Byzance et de 
Syrie des presents considerables en objets d'art. Depuis son regne, les 
traditions introduites par les artistes orientaux, les objets reunis dans 
les monastcres, dans les palais, avaient permis de former une ecole 
pseudo-byzantine, qui ne laissait pas d'avoir une certaine valeur relative. 
En Provence, dans une partie du Languedoc, et a Toulouse notamment, 
une autre ecole s'il-tait constituee des le x18 siecle, en s'appuyant sur les 
exemples si nombreux d'objets d'art rapportes d'Orient par le commerce 
de la Mediterranee.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.