Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Quai-Synagogue]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1139468
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1140743
l SClLLPTCltE j  108  
tiale de Vezelay, ou meme devant celui de la grande porte de la cathedrale 
iPAutun, qui lui est quelque peu posterieur, nous reconnaitrons dans 
ces deux pages, etparticulierement dans la premiere, une influence byzan- 
tine prononcee, incontestable, et cependant cette statuaire ne rappelle 
pas les diptyques byzantins, ni par la composition, ni par le faire, mais 
bien les peintures. 
Autant la statuaire byzantine ancienne prend un caractere hiera- 
tique, autant elle est bornee dans les moyens, conventionnelle, autant 
la peinture se fait remarquer par une tendance dramatique, par la com- 
position, par l'exactitude et la vivaeite du gestek Ces memes qualites 
se retrouvent a un haut degre dans les bas-reliefs que nous venons de 
signaler. De plus, dans ces bas-reliefs, les draperies sont traitees comme 
dans les peintures grecques, et non comme elles le sont sur les monu- 
ments byzantins sculptes. La composition des bas-reliefs de V ezelay, par 
la manicre dont les personnages sont groupes, rappelle egalernent les 
compositions des peintures grecques; on y remarque plusieurs plans, des 
agencements de lignes, un mouvement dramatique n'es-prononce. Mais 
par cela meme que les clunisiens transposaient d'un art dans l'autre, 
tout en laissant voir la source d'on sortait la statuaire, ils etaient obliges 
de recourir, pour une foule de details, a l'imitation des objets qui les 
entouraient. Aussi l'architecture, les meubles, les instruments, sont 
francais; les habits memes, sauf ceux de certains personnages sacres, qui 
sont evidemment copies sur les peintures grecques, sont les habits portes 
en Occident, mais ils sont byzantinises (qu'on nous pardonne le barba- 
risme) par la manierc dont ils sont rendus dans les details. Quant aux 
tetes, et cela est cligne de Iixer l'attention des arclieologues et des ar- 
tistes, elles ne rappellent nullement les types admis par les peintres grecs. 
Les sculpteurs occidentaux ont copie, aussi bien qu'ils ont pu le faire, 
les types qu'ils voyaient, et cela souvent avec une delicatesse d'observa- 
tion et une ampleur tres-remarquables. 
Nous avons souvent entendu discuter ce point, de savoir si ces bas- 
reliefs de Vezelay, d'Autun, de Moissac, de Gharlieu, etc., etaient sculptes 
par des artistes envoyes d'0rient, ou s'ils etaient dus a des sculpteurs 
occidentaux travaillant sous une influence byzantine. Longtemps nous 
avons hesite devant ce probleme; mais, apres avoir examine beaucoup 
de ces sculptures francaises, des sculptures et des peintures grecques, 
surtout des vignettes de manuscrits; apres avoir reuni des dessins et des 
photographies en grand nombre pour etablir des comparaisons imme- 
diates, notre hesitation a du cesser. D'ailleurs, si des artistes grecs avaient 
ete appeles en France pour exeeuter ces sculptures, ils auraient trahi 
1 Ü ne film P118 prendre ici la peinture grecque telle, par exemple, que les moines du 
mont Athos l'ont faite depuis le xm" sibcle ct la font encore aujourd'hui. C'est lit un art 
tout de YOCOÜOS, fige; les peintures des manuscrits des vme, 1x2 et x2 sibclcs ont un carac- 
tbrc plus libre ct une tout autre valeur. Nous en dirons autant des peintures grecques 
recueillies par M. Paul Durand.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.