Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Quai-Synagogue]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1139468
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1140673
101 
SCULPTURE j 
ration larocede, nous ne serons guere avances. En ajoutant que telle 
statue est remplie d'un sentiment religieux, si vous ne nous expliquez pas 
COmment un sentiment religieux se traduit sur la pierre ou le marbre, 
votre observation ne nous importe guere, d'autant que beaucoup de 
gens tres-rciligieux font des statues qui pretent a rire, et que des artistes 
passablement sceptiques en sculptent qui vous font tombera genoux. 
Perugin, ce peintre par excellence de sujets religieux, et qui parfois est 
Si touchant, a avait peu de religion et ne voulait pas croire a l'immorta- 
Ütä de l'aime n. C'est du moins ce qu'en dit Vasari. On voudra donc ne 
D118 chercher dans cet article sur la sculpture l'attirail de phrases stereo- 
tYPäcs a l'usage de la plupart des critiques en matiere d'art, dont nous 
UOUS garderons de medire, mais qui, en ne nous faisant part que de 
leurs impressions, peuvent nous interesser, mais ne sauraient nous faire 
avancer d'un pas dans la connaissance des phenomeiaes psychologiques 
Plus ou moins favorables au developpcment de l'art. 
Il s'agit de chercher comment l'art le plus eleve peut-etre, celui de la 
Statuaire, irait ou renait au sein d'un milieu social, ou il va puiser ses 
Üläments, s'il n'est qu'un ressouvenir, comme dit Socrate, ou s'il est un 
developpement spontane, comment il se developpe et progresse, et com- 
ment il deeline. 
Nous avons parle de Fhieratisnie et du progres, de la recherche de 
Yideal. Plus nous remontons le courant des arts de l'antique Egypte, 
Plus nous trouvons les arts, et la statuaire notamment, voisins de la per- 
fection. Les dernieres decouvertes faites par Yinfatigahle M. Mariette ont 
mis en lumiere des statues de Yepoque des pasteurs qui, non-seulement 
Üäpassent comme exectition les figures anciennes de Thehes, mais pos- 
Sedent un caractere individuel tries-prononce. L'art, des ces temps recu- 
1138, etait arrive a une grande elevation. Ce ne pouvait etre par Fhiera- 
ÜSme, mais au contraire par un effort humain, une suite d'etudes et de 
PYOgres. Uhieratisme ne s'e'tait donc etabli qu'au moment ou l'art avait 
atteint deja une grande perfection. Nous voyons le meme phenomene 
S0 produire chez les populations de l'Asie. L'art s'eleve (nous ne savons 
P3P quelle suite d'efforts) jusqu'a un point superieur, et, arrive la, on 
pretend (lesormais le fixer. Ce sont ces arts fixes que rencontrent les 
Grecs lorsqu'ils occupent Fliellade; ils les prennent a cette cpoque de 
fixite, mais les font, pour ainsi dire, sortir de leur chrysalide pour les 
pousser avec une ardeur et une rapidite inouies vers un ideal qui prend 
pour point d'appui Yetude attentive et passionner: de la nature. Suppo- 
sons un instant que ces quelques tribus d'Aryans ne fussent point venues 
s'etablii' sur le sol de la Maccdoine, de l'Att,ique et du Peloponese; les 
arts des peuplades de l'Asie Mineure et de Flägylate, enfermäg dans 1em- 
hieratisme, säaffaissant chaque Jour sous le poids de cet hieratisme 
meme, sabimaient dans une negation. Le sphinx et le cherubin restaient 
pour les generations futures le veritable symbole de ces arts, dest-a-dire 
une enigme. Les Grecs, en secouant cette immobilite, nous en font devi- 

        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.