Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Quai-Synagogue]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1139468
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1140651
 99  [ SCULPTURE 1 
les sculptures des premieres dynasties egyptiennes. Il semble que cet art 
si complet, si eleve, dont Fexecution est si merveilleuse, doive fournir 
aux artistes de tous les temps un point d'appui solide. Il n'en est rien 
Cependant; cette admiration peut conduire a des pastiches, non a de 
nouvelles creations. Cet art, si beau qu'il soit, est immediatement for- 
mule comme un dogme; on ne peut rien en retrancher, rien y ajouter: 
c'est un bloc de porphyre. L'art grec, progressiste (qu'on nous passe le 
mot), est au contraire un metal ductile, dont on peut sans cesse tirer 
des formes nouvelles. Pourquoi certaines civilisations ont-elles produit 
des arts fixes, pour ainsi dire, dans un hieratisme etroit? Pourquoi 
d'autres ont-elles fait intervenir dans les productions d'art la raison 
humaine, les passions mobiles. les sentiments, la philosophie, le besoin 
(le la recherche du mieux ? 
Cela serait difficile a expliquer en quelques lignes, et nous reconnais- 
Sons que le sujet est delicat a traiter. Cependant il est une observation 
(lue nous croyons devoir faire ici, d'une maniere sommaire, parce qu'elle 
nous aidera plus tard a expliquer les siugulieres evolutions de l'art de 
lit-sculpture pendant le moyen age. D'ailleurs, comme nous ne saurions 
admettre en ces matieres, non plus que dans toute autre, l'intervention 
du hasard; puisque nous voyons l'effet, la cause doit exister. Quelle 
est-elle? Nous croyons Pentrevoir dans les aptitudes propres a certaines 
Faces. Remarquons d'abord que toute explosion d'art  et la sculpture 
est ici en premiere ligne -ne se produit dans l'histoire qu'au contact de 
düux races differentes. Il semble que l'art ne soit jamais que le resultat 
d'une sorte de fermentation intellectuelle de natures pourvues d'apti- 
tudes diverses. Examinons donc d'abord sous quelles influences se (leve- 
lüppent les arts. 
Tous les hommes, ou plutot toutes les races humaines ne sont pas 
Ügalement portees vers le besoin d'examiner et de comprendre. Aux 
Unes, il suffit de croire et d'eriger les croyances en systeme; pour les 
autres, les croyances ne depassent jamais une sorte de reglede conduite 
Ct ne sont pas aux prises avec les aspirations vers l'inconnu. La phi- 
losophie appartient a ces races privilegiees qui examinent, analysent 
et veulent comprendre pour croire; a celles-la aussi appartient l'art, 
tel que les Grecs l'ont developpe, tel que nous Pentendons en Occident. 
Mais, phenomene singulier! chacune des trois grandes races humaines 
qui se partagent le globe terrestre n'est pas apte, isolement, a produire 
ce qu'on appelle des arts. Celle-ci, la race aryane, la race blanche par 
excellence, est pouvue d'instincts guerriers; elle enfante les heros; elle 
domine, elle gouverne; elle etablit les premieres religions, elle regle 
leur culte; elle meprise le travail manuel et forme des societes de pas- 
teurs et de guerriers, avec le patriarcat comme principe de tout gouver- 
nement. Gette autre, la race jaune, la plus nombreuse peut-etre sur 
notre planete, est industrieuse, se livre au commerce, au calcul, a l'agri- 
culture, aux travaux manuels; elle est habile a faeonner les metaux;
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.