Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Quai-Synagogue]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1139468
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1140593
SALLE 
fenetres, (l'est m1 des rares exemples (l'une grandäalle surinontee de 
logements.  
La grandsalle est donc la partie 1a plus importante des LTIIÄLOZIIIX. et 
palais; c'est, chez le seigneur fcodal, le signe de sa JUXPIIlfCLIOH, 1e lieu 
ou se pgnd yhonnnage, oii se rcunissent les vassauxä ou 1 on rassemble 
les (lefensem-S en cas de siege, ou se tiennent les plaids, ou se (lonirein 
10s banquets. les ballets, les niascarades, les fetes de toute sorte. Il n y a 
bas de chateau feodal, ni nienie de manoir, qui n'ait sa salle. Le boul"- 
geois de la ville, dans sa maison, posscde aussi sa salle ou il _reun1t sa 
famille, ses amis, ou il prend ses repas et reqoit les gens qui traitent 
(Pilffillfes. Quand les cites purent elever des hotels de ville, il va sans dire 
(lue ces batiments contenaient la salle de la commune. Le programme 
("Hi lc menie du petit au grand. 
Cette tradition sc conserva tres-tard (lans les chateaux, quand ineme 
ces resiileiices n'avaient plus le earactere de places fortes. Ainsi, a Fon- 
tainebleau. 1a galerie dite de Henri II est une tradition de la graiidkalle 
du ehateau feodal. Cette belle galerie, comme beaucoup de salles. de 
(iliatcaux feoflaux, donne entree sur la tribune de 1a chapelle. A Saint- 
Germain en Lave, on voit encore 1a granttsalle veiitee qui occupe tout 
un cote. des batimeiits. A Versailles meme, la galerie de marbre n'est 
que 1a tradition de la grandsalle des resiilcnces seigneuriales. 
Les monastfcres possedaient aussi des logis qui prenaient le nom de 
salles. Il ne s'agit point ici des rcfectoires, dortoirs et bibliothcques, qui 
fÜ-taieilt de veritables salles par leur structure, sinon par leur destination, 
mais des salles propres a reunii- les religieux pour traiter des aifaires du 
Couvent. Ce sont les salles eapitulaires. Ces locaux, plus ou moins vastes, 
suivant Fetendue du inonastere, ont un caractere particulier. Les salles 
Capitulaires sont rarement oblongues, cette forme ne se pretant pas aux 
(leliberations, niais plutot carrees, sur le sol franeziis du moins, car en 
Angleterre il existe des salles capitulaires sur plan circulaire ou poly- 
gonal, avec pilier au eentre pour recevoir les retombees (l'ai-es des 
Voütes. Les salles capitulaires (les nionasteres francais s'ouvrent sur 1e 
Cloitre, et proche de Peglise habituellement. Il nous suffira, pour ne pas 
donner a cet article plus detendue qu'il ne convient, de presentci" un 
exemple lires-complet de l'une de ces salles capitulaires, (lependaint de 
l'abbaye de Fontfroide, pres de Narbonne. Ce monastere est presque 
enticrement conserve. Sur le cote oriental du cloitre s'ouvre une jolie 
saille capitulaire dont les voütes reposent sur quatre colonnes de marbre 
blanc (voy. 1e plan fig. 10). Sur trois cotes, des bancs de pierre eleves sur 
un marcliepieil egalement de pierre garnissent les parois de la salle, qui 
recoit du jour par 1a galerie du cloitre et par trois fenetres plein cintre. 
Cette construction date de 1a [in du xnc siecle et est d'un charmant style, 
malgre son extrenie simplicite. La ligurc Il en donne la coupe longitu- 
dinale. Des peintures decoraient autrefois les voütes. De la galerie du 
cloitre aucune eloture Hempechziit de VOlF ce qui se passait dans la salle
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.