Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Tabernacle-Zodiaque]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1144985
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1145874
 67  [ TOUR l 
chevalier portant le costume militaire du commencement du X1118 siecle. 
Son ecu est vairfä; la sculpture du personnage, de grandeur naturelle, 
est tres-peu saillante sur le fond legerement taille en cuvette. D'ailleurs 
il est a croire que ces plates-tombes etaient, au moins pendant un laps 
de temps apres la mort du personnage et a l'occasion des anniversaires, 
surmontees de dais (Fetoffes. La forme de ces dalles sculptees est sou- 
vent celle d'un trapeze, dest-Zi-dire que la pierre est plus etroitc du cote 
des pieds que du cote de la tete. 
Les pavages de nos eglises ne se composaient plus, a la lin du Xv" siecle 
deja, que de dalles tombales juxtaposees, et bien que depuis lors on ait 
detruit une prodigieuse quaiitite de ces monuments si precieux pour les 
etudes historiques et archeologiques, il en reste encore beaucoup. Plu- 
sieurs de ces plates-tombes sont rnemc d'une grande beaute de style, et 
montrent a quel degre de perfection l'art du dessin s'etait eleve pondant 
le moyen age. Les meilleures sont celles qui appartiennent au X111" ct 
au XIVe siecle. 
Les plates-tombes de cuivre grave ou legerement moclele ont toutes etc 
fondues. Celles que nous possedons encore dans quelques eglises sont de 
pierre, parfois avec incrustations de marbre blanc pour les nus, et noir. 
pour certaines parties des vetements ou pour les fonds. Le trait grave est 
rempli de plomb ou de mastic noir et brun rouge. La forme de ces tom- 
bcs est trop connue pour qu'il soit necessaire d'en donner ici des exem- 
ples. Nous citerons parmi les plus belles, celles de la cathedralc et de 
Feglise Notre-Dame de Chalons-sur-Marne, celles des eglises de Troyes, 
de Beaiine, de la sainte Chapelle du Palais a Paris, etc. Gaignieres nous a 
laisse les dessins de plusieurs de ces plates-tombes provenant de l'abbaye 
de J umieges, et qui etaient de terre cuite emaillee. 
Souvent ces plates-tombes n'etaient decorees que par une inscription 
gravee sur les bords et un embleme sur le milieu. L'abbe Lebeuf cite un 
certain nombre de ces dalles placees dans des paroisses du diocese de 
Paris, et qui avaient pour toute gravure un ecu, ou une croix, ou un 
calice. Ces dernieres sont des tombes de cures. Les pierres tombales 
posees sur les sepultures des templiers ne portaient habituellement 
aucune inscription, mais une simple croix grecque, un ecu, et parfois un 
triangle equilateral (voyez TEMPLE) 1. On cessa de graver l'effigie du mort 
sur les dalles tombales vers le milieu du XVIIe siecle.  
un ouvrage 
formant un 
TOUR, s. f. (for). Dans l'ancienne fortification, 1a tour est 
saillant sur les courtines, a plan carrä ou circulaire, et 
Manquement suffisant avant l'emploi des bouches a feu. 
l Nous aurons l'occasion, dans les tomes lIl et IV dn DICTIONNAIRE DU MOBILIER FRAN- 
gus, de reproduire un grand nombre de ces gravures tombales si präcieuses pour Potude 
des habillemcnts : c'est pourquoi nous n'en donnons point d'exemples ici; d'ailleurs ces 
objets sortent du domaine de l'architecture.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.