Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Tabernacle-Zodiaque]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1144985
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1150444
l: VOUTE ]  5'211 4- 
du formeret F (voyez le trace perspectif P, fig. 3h) et sur l'arc ogive 0. 
Cet arc ayant un plus grand developpement que le forlneret, il y a dgng 
plus de divisions sur l'arc ogive que sur ce formeret, et les rangs de 
moellons legerement concaves s'inclinent sur cette branche O d'arc 
ogive. Il n'y a pas de lierne transversale pour masquer le chevauehage 
des rangs de moellons sur la ligne des clefs, mais il en existe longitudi- 
nalement deja, comme l'indique la figure, de M en N. La naissance de 
la courbe des formerets etant en R, dest-a-dire beaucoup au-dessus de la 
naissance des arcs ogives, il y a donc en glzi un triangle vertical faisant 
partie du tas de charge, et de la ligne ilz, pour aller prendre le rang 
de moellons m (le premier qui commence la serie des divisions egalcs), le 
constructeur a eleve une surface trapezoidale ilunn, gauche (en aile de 
moulin). Ce n'est donc qu'a partir de la ligne mn que les divisions egales 
ont ete faites Z1 la fois sur le formcret et sur la branche d'arc ogive. 
Il est facile de reconnaitre qu'ici le praticien n'a pas eu d'autre idee 
que de simplifier son travail au moyen de ces divisions egales sur les 
deux arcs, de poser des rangs de moellons paralleles dans leur etendue, 
et d'eviter ainsi la taille de ces moellons sur le tas, exigee par le systeme 
franeais. Les consequences de l'adoption de ce procede simpliticateur 
ne se tirent pas attendre. 
Dans la voüte francaise, les remplissages de moellons sont des voütains 
courbes en tous sens, concavites reportant leur poids sur les nerfs de 
pierre, sur les cintres permanents. Chaque triangle de la voüte franeaise 
est une cellule independante se maintenant d'elle-manie. D'apres ce qui 
precede, on voit que les constructeurs anglais ne eonsiderent pas les 
triangles de remplissages comme des voütains, mais comme des pan- 
neaux, ou plutet encore comme une suite de couchis. En effet, admet- 
tons que l'on ait a poser sur des cintres combines, comme le sont les 
arcs-douhleaux, formerets et ares ogives (äest-a-dire possedant chacun 
leur courbe propre) des couchis de planches, il est cvident que ces cou- 
chis, ayant une egale largeur dans toute leur etendue, donneraient exac- 
tement la ligure que reproduit le trace P (fig. 3A); que ces couchis ne 
pourraient se reunir parallelement suivant la ligne des clefs du triangle, 
mais se chevaucheraient. 
Les Anglais ont-ils fait des voütes originairement composees d'arcs de 
pierre ou de courbes de bois, sur lesquelles ils auraient pose des ma- 
driers, des couchis, en un mot? C'est possible; d'autant qu'il existe en- 
core en Angleterre, dans le cloitre de la cathedrale de Lincoln, entre 
autres exemples, des voütes ainsi construites et qui datent du XIVe siecle. 
Il ne faut pas perdre de vue que les constructions de bois ont de tout 
temps tenu une place importante dans l'architecture anglaise, comme 
dans l'architecture de toutes les races du Nord. 
Le systeme de voütains a projection horizontale triangulaire de la 
voüte franeaise ne peut en aucune facon se preterafemploi de planches 
ou de madriers, puisqu'il eut fallu tailler chacun d'eux pour lui donner
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.