Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Tabernacle-Zodiaque]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1144985
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1150037
 5133  [ VOUTE j 
voütes d'arete, suivant le mode byzantin 1, entre les arcs-doubleaux 
inferieurs F des collateraux. La substitution desvoutes aux dallages en- 
trainait forcement Yecartement des piles P. Les archivoltes G etaient 
conservees, mais avec un diametre egal a celui des arcs-doubleaux F, 
et d'autres archivoltes I ou une claire-voie portaient le berceau central. 
Mais les archivoltes G destinees a recevoir les voütes des collateraux 
savancaient au ras interieur des piles P, et alors, pour porter les arcs- 
doubleaux superieurs C, il fallait ajouter a ces piles un appendice L sous 
la forme d'une colonne engagee. D'une construction dans laquelle l'arc 
et la plate-bande etaient simultanement employes avec un sentiment 
exquis du vrai, les architectes occidentaux arrivaient a faire, sans trop 
d'efforts, un monument entierement voüte. Cependant cette modifica- 
tion, en apparence si simple, suscitait des difficultes de detail qui ne fu- 
rent resolues que peu a peu. Mais telle est la puissance d'un premier en- 
seignement clair et logique, que tout travail qui en decoule se fait sous 
cette premiere influence. Les constructeurs occidentaux, en voyant cette 
architecture grecque de la Syrie, apprenaient a raisonner ; aussi, a dater 
de cette epoque, leurs (Buvres si confuses jusque-la, toutes bourrees de 
traditions mal comprises, reproduisant, en les abatardissant de plus en 
plus, les formes de Yantiquite romaine, selevent, progressent en s'ap- 
puyant sur le raisonnement, sur ces principes legues par les derniers 
des Grecs. 
Cette coupe B est celle de la plupart de nos eglises romanes construites 
au commencement du XIIe siecle en Auvergne, dans le Languedoc, la 
Provence et le Lyonnais. On peut aisement constater qu'il y a moins de 
dissemblance entre la coupe A et la coupe B qu'entre un monument 
voute quelconque de Rome et cette coupe B. Cet arc-doubleau plein cintre 
E du triforium, qu'on retrouve dans les galeries des basiliques romanes 
de l'Auvergne et du Languedoc, et qui ne peut s'expliquer avec la voüte 
en demi-berceau (voyez TRIFORIUM), est un vestige persistant de cette 
influence du monument syrien. Quant aux difficultes de detail dont nous 
venons de parler, voici en quoi elles consistaient tout d'abord. Les piles 
de la basilique de Chaqqa (voy. en a) sont a section carree, ce qui etait 
naturel, puisque ces piles ne reooivent que deux arcs-doubleaux, et que 
l'archivolte qui unit ces piles nait en penetration au-dessus de la nais- 
sance des deux arcs-doubleaux (voy. la figure 8). Mais nous voyons que 
deja dans la coupe B les archivoltes G qui reunissent les piles ont leur. 
naissance au niveau des naissances des arcs-doubleaux F (voy. la figure 9). 
Uextrados de ces archivoltes G ne se degage donc qu'au-dessus de cette 
naissance, et, par suite, la naissance de la voüte d'arete ne pouvait s'eta- 
blir qu'au point releve de ce degagement, ce qu'indique le trace pep- 
spectif (fig. 10). ll y avait la un embarras, une de ces difficultes de detail 
dans l'art du constructeur, qui contraint bientot celui-ci, pour peu qu'il 
1 Nous expliquerons tout ä l'heure en quoi consiste ce mode.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.