Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Tabernacle-Zodiaque]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1144985
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1149918
1m 
VOU T1] 
loin, nous (lirons que ces deux ossatures doivent etre absolument diffe- 
rentes, et nous allons expliquer pourquoi. Quand les Romains construi- 
saient un arc-doubleau, une tete de berceau portant charge, ou meme 
un arc de dooharge, ils avaient le soin de proceder ainsi que l'indique 
la figure 3 en A: ils maeonnaient, a partir de la naissance, le quart de 
l'arc environ en rangs de briques liaisonnees, puis les deux quarts res- 
tant en rangs de briques extradossees. Gomme ils construisaient les arcs 
de decharge avant les remplissages que ces arcs avaient pour fonction 
de soulager, il fallait necessairernent cintrer ces arcs. Le systeme des 
rangs d'arcs extradosses permettait de ne pas charger outre mesure le 
cintre de charpente a son point le plusfaible, puisque l'on commen- 
eait par poser le premier rang de claveaux DE. Ce rang pose, le cintre 
n'avait plus rien a porter, et l'on pouvait bander les deux autres arcs. Si 
Cependant les constructeurs romains avaient ou seulement l'intention 
de ne pas charger le cintre de charpente, du moment que le premier 
arc eüt bande, ils auraient maconne le reste de Yepaisseur de l'arc 
de briques, liaisonnees, en se servant du premier arc comme d'un cintre 
ires-sufiisamment resistant; mais nous voyons au contraire que, sans 
exception, les parties superieures des arcs-douhleaux ou de decharge 
sont magonnees en rangs de briques extradossees. Cette methode etait 
jllstifiee par Fex-perience. Si nous supposons l'arc A (arc de decharge 
du mur de precinetion du Pantheon de Rome) construit entierement en 
briques liaisonnees, ainsi qu'il est trace en B, et qu'il survienne un ecar- 
tement dans les culees F, G, par suite d'une commotion telle, par 
exemple, qu'un tremblement de terre, ou un tassement, cet arc se 
rompra a l'extrados en H, et a l'intrados a la clef, en I ; toutes les pres- 
sions viendront des lors agir sur, les deux aretes K et sur Yarete L, les- 
quelles, si la charge est forte, sepaufreront de telle sorte, que le segment 
KK ne portera plus. Mais si cet arc de decbarge a ete construit ainsi que 
Ceux du Pantheon (voy. en A) et que Yecartenient ait lieu dansdcs culees, 
(voy. en C), les trois arcs extradosses sinllechiront, s'ouvriront, et les char- 
ges se repartir-ont sur six areles (l'intrados en M et trois aretes (l'intrados 
en N,a la clef. Les angles de brisures seront moins allonges et le desordre 
moins considerable que dans l'exemple B. On comprend donc pourquoi 
ces arcs de brique sont toujours extradosses dans leur partie superieure, 
dest-a-dire dans la partie qui porte la charge; c'etait pour conserver 
une certaine elasticite que ne pouvaient avoir des arcs homogenes dans 
leur epaisseur. Ce principe appuye sur l'observation, si simple d'ailleurs, 
mais si peu suivi dans l'architecture moderne, etait, a plus forte raison, 
applique aux coupoles d'un grand diametre. 
Conformement a la methode expliquee dans la figure l et par les rai- 
sons donnees plus haut, il etait necessaire qu'une coupole comme celle 
du Pantheon füt rapidement äbauchäe, pour ainsi dire, sur ces cintrageg, 
que les Romains tenaient a faire legers et avec des bois courts autant que 
possible, afin d'eviter les depenses inutiles, les difiicultes de pose et le
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.