Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Tabernacle-Zodiaque]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1144985
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1149823
[ VOIRIE]  1162  
procedes cmployes par les diverses ecoles francaises, pendant l'espace 
de trois ou quatre siecles. Ilya dans l'et_ude de cet art ou de cette 
industrie, si l'on veut, reprise depuis peu par quelques artistes distin- 
gues, un champ d'observation tres-etendu a parcourir. Nous ne pouvons 
qu'indiquer les points saillants de cette etude pour rester dans les 
limites du Dictionnaire. Peut-etre meme trouvera-t-on que nous nous 
sommes etendu trop longuement sur une des parties de la deeoration 
architectonique; mais il nous parait qu'il y a, dans cet art de la decora- 
tion translucide, des ressources qu'on pourrait utiliser d'une maniere 
plus large qn'on ne le fait de nos jours. Dans un climat comme le notre, 
oü la lumicre du soleil est souvent voilee, ou les interieurs des edilices 
et des habitations ne sont eclaires que par un jour blafard, il etait 
naturel qu'on cherchat a colorer cette lumiere pale. Cüitait 1a un sen- 
timent de coloriste. Nous avons laisse etouffer ce sentiment sous un 
classicisme etroit dans ses vues, pretentieux dans ses expressions, qui 
ne demande pas que l'on comprenne, mais qu'on admire de confiance 
ce qu'il admet comme licite dans l'art. Il faudrait, certes, une longue 
experience et des etudes serieuses pour retrouver les traces negligees 
de cette industrie du peintre verrier. 
Quelques hommes devoues ont fait des efforts et des sacrifices consi- 
derables de nos jours pour retrouver ces traces. Ils ont meme ainsi 
ouvert, pour notre pays, une source de production assez riche; mais, 
mal secondes par les fabricants de verre, qui ne se preoecupent pas des 
conditions necessaires a la coloration translucide; obliges de lutter 
contre une concurrence de produits a bon marche qui deprecient ce bel 
art aux yeux des gens de goüt; repousses systematiquement des grands 
travaux publics par de puissantes coteries, c'est a grand'peine s'ils peu- 
vent maintenir leurs ateliers ouverts. Qu'ils ne se decouragent pas 
cependant; leur industrie doit, dans un temps oü l'architecture tend de 
plus en plus a elever de vastes edifices largement eclaires, trouver une 
belle place; mais qu'ils emploient les loisirs que leur fait une opposition 
systematique a connaitre les veritables ressources de cet art decoratif 
par excellence. Le jour de la reaction contre Finsignifiance academiflue 
arrive, ils seront prets. 
VOIRIE, s. f. Sous le regime feodal, les routes etehernins appartenaient 
au seigneur sur la terre duquel s'ouvraient ces voies publiques. Le sei- 
gneur avait donc le droit de changer la direction de ces voies et de per- 
cevoir les peages destines 51 leur entretien. Dans les villes, la voirie 
dependait, soit de la municipalite, soit du suzerain, soit du seigneur 
possesseur de droits feodaux.   
A Paris, avant le x11? siecle, la voirie ne dependait que du roi et de 
Peveque dans la circonscription de sa juridiction. Ce n'est qu'ä dater 
du regne de Philippe-Auguste que la legislation de la voirie passe entre 
les mains du prevot.   
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.