Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Tabernacle-Zodiaque]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1144985
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1149668
[ VITRAIL ]  M6  
leurs oeuvres, il etait tout simple de ne pas tenir compte des ensei- 
gnements qu'elles fournissent. Plutot que d'y revenir, on a prefere. 
admettre une bonne fois que les Francais ne sont pas nes coloristes. On 
aime, chez nous, a donner aux prejuges une sorte de consecration dog- 
matique, cela va bien a la paresse d'esprit; c'est un arret fatal contre le- 
quel nous nous persuadons aisement que notre volonte ou notre retlexion 
ne saurait reagir: les consciences se rassurent; ainsi on se dispense de 
tout eiiort. Il est bien certain que le sentiment et Yexperience de l'har- 
monie colorante sont perdus en France depuis plus de deux siecles, et 
les pales tentatives faites de nos jours pour colorer l'architecture en sont 
une preuve sans replique. N'est-ce pas, par exemple, se meprendre sur 
les conditions de l'harmonie colorante appliquee a l'architecture, que 
de supposer qu'on obtiendra un effet heureux en faisant intervenir le 
marbre comme element de couleur au milieu d'une structure de pierre ? 
Le marbre, dont la tonalite est chaude et dure souvent, qui prend 
des reflets heurtes, ne peut s'allier aux tons legers et transparents de 
la pierre; c'est pis encore si, avec le marbre, on emploie le metal aux 
lumieres etincelantes. Alors la pierre perd a l'oeil toute solidite, ses tons 
et ses formes memes s'emoussent, salourdissent. On voudrait la fouiller, 
redessiner ses aretes, ses contours. 
Aucun peuple ayant laisse des (euvres d'architecture recommandables 
n'esttombe dans une erreur aussi profonde. Les Grecs ont colore le mar- 
bre blanc, qu'ils employaient a cause de la finesse de sa contexture ; mais 
ils l'ont colore en totalite, et n'ont jamais tente de placer des marbres de 
couleur a cote de marbre blanc, et surtout a cote d'une pierre calcaire. 
Les Romains, qui n'avaient pas d'ailleurs un sentiment bien eleve de 
l'harmonie, n'ont jamais employe les marbres de couleur simultanement. 
avec la pierre laissee dans son etat normal. Saint-Mare de Venise, qui 
presente exterieurement comme interieurement une harmonie eoloree 
d'un si heureux effet, est entierement revetu de plaques de marbre d'un 
ton tres-fin, de mosaiques et de dorures; de la pierre on ne voit pas 
trace. Les artistes du moyen age ont admis la peinture a Pexterieur 
et a l'interieur de leurs ediliees; mais la peinture n'a pas la rigidite du 
marbre; on ne subit pas sa tonalite, on la cherche et on la trouve. Ils 
avaient, pour les interieurs des grands vaisseaux, la peinture. La colo- 
ration des vitraux avait l'avantage de jeter sur les parois opaques un 
voile, un glacis colorant d'une extreme delieatesse, quand, bien entendu, 
les verrieres etaient elles-memes d'une tonalite harmonieuse. Si les res- 
sources dont ils disposaient ne leur permettaient pas d'adopter 11H Gu- 
semble devitraux colores, ou s'ils voulaient faire penetrer d'une maniere 
plus pure la lumiere du jour dans les interieurs, ils avaient adopte cette 
belle decoration des grisailles, qui est encore une haFHIOIIiG Colorante 
obtenue a l'aide d'une longue experience des effets de la lumiere sur des 
surfaces translucides. Beaucoup de nos eglises conservent des verrieres 
en grisailles fermant, soit la totalite de leurs baies, soit une partie seu-
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.