Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Tabernacle-Zodiaque]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1144985
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1149615
M1 
VITRAIL 
chent les tons brillants faisant contraste avec des tons de grisaille. Les 
jaunes d'argent, nouvellement trouves, prennent une trop grande place 
et donnent un aspect fade aux verrieres. On cherche a remplir les fonds 
de damasquinages, pour eviter leur rayonnement sur les figures traitees 
avec maigreur et dont le modele est trop cherche. On evite les grandes 
figures, et les grisailles prennent chaque jour plus d'importance. On ne 
savait plus, comme precedemment, etablir une difference tranchee entre 
l'art du peintre sur mur ou panneau et l'art du peintre verrier; au con_ 
traire, la peinture sur verre tendait chaque jour davantage a chercher 
les eltets qui conviennent a la peinture opaque. 
Uetat desastreux de la France pendant les dernieres annees du xiv" 
sieclc et la premiere moitie du xv" ne permit guere aux peintres verriers 
d'exercer leurs talents. Aussi les vitraux de cette epoque sont-ils fort 
rares, et le peu qui nous reste de ces oeuvres est-il d'une mediocrc 
valeur. On fabriquait cependant des grisailles, et l'art ne se perdait pas, 
puisque vers la fin du xve siecle, ou le voit reprendre une nouvelle vie, 
mais dans des conditions etrangeres a l'art ancien. Trois ecoles prin- 
cipales se releverent alors, Fecole de Ylle-de-France, celle de Troyes et 
celle de Toulouse; cette derniere, la plus elevee certainement au point 
de vue oü l'on doit se placer lorsqu'il S'agit de la peinture translucide. 
Lqägole de  reporte sur verre des compositions qui con- 
viendraient aussi bien et mieux meme, peintes sur surfaces opaques. 
Tels sont, par exemple, 165 VitFaUX de la P086 de la sainte Chapelle, qui 
datent de la fin du xve Siäüie- 1160010 de Troyes est moins eloignee 
des conditions qui conviennent ä la peinture translucide; elle possede 
encore un sentiment assez juste de l'harmonie des tons, et les sujets sont 
traites de fagon a profiter des qualites essentielles au vitrail. Quanta 
l'ecole de Toulouse, elle atteint parfois a la perfection : son style, comme 
dessin, est large, eleve; sa valeur, comme emploi des couleurs translu- 
cides, rivalise avec les belles muvres du xn1' siecle. Mais ce n'est guere 
qu'au commencement du XVIÜ siecle que cette ecole atteint Yapogee. 
Les vitraux de la cathedrale d'Auch  ceux des eglises de Lombez, de 
Fleurance, sont reellement fort beaux et d'une tonalite puissante et, 
harmonieuse. D'ailleurs les verriers de cette epoque, au nord et au midi, 
avaient trouve des perfectionnements dans le detail de la fabrication, 
qui leur permettaient de produire des effets inconnus jusqu'alors. 115 
doublaient certains verres, le rouge, le vert, le bleu pale, le pourpre mor_ 
dore; et en enlevant a la molette partie de ces doublures, ainsi qu'on 
le fait aujourd'hui pour les verres dits de Boheme, ils obtenaient des 
broderies, des details delicats, qu'ils pouvaient encore colorer avec 1e 
jaune d'argent ou certaines couleurs d'email 2. Toutefois ces delicatesses, 
1 Voyez 1,, Mgnagraphie de la cathädrale d'Auch, par M. Pabbä Caneto. 
2 Voyez 1a halle verriäre de l'arbre de Jessä de lkäglise Saint-Etienne de Beauvais, qui 
präggnte un emploi prodigieusement habile de ces procddes d'enlevure ä la moletm, 
1x.  56
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.