Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Tabernacle-Zodiaque]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1144985
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1149593
 1139  [ VITRAIL ] 
entre meneaux aient cette largeur a dater de la seconde moitie du 
Xllle siecle. 
Les vitraux legendaircs du Xiv" siecle sont beaucoup moins communs 
que ceux du XIIF. Cet art declinait alors visiblement; les principes de 
la peinture translucide que nous avons exposes, et qui avaient dirige les 
artistes pendant deux siecles, se perdaient comme se perdaient les prin- 
cipcs de la sculpture monumentale. Deux causes contribuaient a cet 
abaissement de l'art du verrier : la recherche du recl, de l'effet drama- 
tique, et les ressources moins abondantes, au milieu d'une societe chez 
laquelle se developpait chaque jour davantage la vie civile. Les corpo- 
rations, preoccupccs de leurs interets materiels, ne donnaient plus ces 
belles verrieres qui avaient decore les cathediwiles et les eglises parois- 
sialcs pendant la premiere moitie du Xllle siecle; les eveques et les cha- 
pitres avaient grand'peine a terminer leurs cathedrales resteesinachevees 
ct ne pouvaient consacrer des sommes importantes a Yexecution de ces 
peintures merveilleuses. La feodalite laique etait deja fort appauvrie et 
ne songeait qu'il 5e fgpüüef dans ses chateaux. Puis, dans l'architecture 
religieuse 3101-5 en honneur, on avait tellement developpe les surfaces 
des fenetres, qu'il devenait impossible, a moins de depenses exagerees, 
de garnir ces vides de vitraux a sujets. Aussi est-ce une fortune rare de 
trouver une eglise du xrve siecle qui soit entierement garnie de ses vitraux. 
Nous n'en connaissons qu'une en France qui presente un specimen 
complet, ou a bien peu pres, d'une suite de verrieres faites d'un jet 
de 1320 '21 1330 : c'est Peglise SaiHt-Nazaire, ancienne cathedrzile de 
Carcassonne (voy. CATHEDBALE, fig. l19, et CONSTRUCTION, fig. 109 et 1M). 
Le chmm- et 1e tpanssepl. de cette eglise presentent une enorme sur- 
face de baies toutes garnies de leurs vitraux du commencement du 
XIVe siccle  Ces vitraux a sujets legendaires sont d'une harmonie bril- 
lante, sans etre crue, ce qui S6 l'encontre rarement a cette epoque, et 
appartiennent a une ecole dont nous ne connaissons pas le centre, mais 
que nous serions dispose a placer a Toulouse, et dont on retrouve les 
produits jusquä"). Beziers.  
Le panneau llg. 36, provenant de la fenetre qui contient la legende 
de saint Nazaire, donne une idee du style de cette ecole 2 ; les composi- 
tions sont assez bonnes, le sentiment dramatique est cherche, et le geste, 
par suite, tombe souvent dans la manicre. Les draperies sont moins bien 
entendues que dans nos ecoles du Nord, mais le choix des tons, l'entente 
de l'harmonie generale, l'emportent de beaucoup sur ce qui se faisait 
au nord de la Loire a cette epoque. Les verres sont grossierement eten- 
dus, inegaux a Yexces, epais, mais d'une valeur de ton tres-belle. Quel- 
ques parties, qui semblent peintes par des mains habiles, comme par 
1 Dans le chmur, deux des anciennes verrieres ont etä seulement remplacäes au 
XVle siecle. Ces deux vitraux de la renaissance sont d'ailleurs d'une excellente executi0n_ 
2 Saint Nazaire prend soin des pauvres, des veuves et des orphelins.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.