Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Tabernacle-Zodiaque]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1144985
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1149572
1137 
VITRAIL. 
fleurs de lis d'or (jaunes) sans nombre, et d'un ecu de gueules a la croix 
d'argent (blanche) et de quatre clefs de meme dans les quatre cantons, 
les pannetons opposes. Contrairement au parti adopte a Auxerre qua- 
rante ans auparavant environ, la grisaille de Saint-Urbain est fine, 
claire, peu chargee, de manierc a laisser briller les filets et les touches 
de couleur. Ce parti a etc adopte dans beaucoup de monuments de la Fin 
du XIIIC sieele et du commencement du XIVe, notamment a Saint-Ouen 
de Rouen, dansles eathedrales de Narbonne, d'Amiens  de Cologne, etc. 
Quelquefois les dais d'architecture prenaient une grande importance 
et se composaient de tons clairs, blancs, jaunes, vert d'eau, avec des taches 
rouges et bleues. Pendant le XIIIB siecle, ces dais, bien que tenus toujours 
dans des tons clairs, sont simples comme dessin, assez peu importants 
comme dimension. lls prennent plus de place a la fin du X1116 siccle, et 
occupent souvent pendant le X1ve autant de surface que les figures qu'ils 
couvrent. Ils se chargent de details d'architecture, tels que clochctons, 
gables, roses, fenetres a meneaux, crochets et fleurons. J usqifalors les 
formes d'architecture representees dans les vitraux sont traduites d'une 
nmnibm toute de convention ; mais vers le commencement du xtve siecle, 
les artistes Vgrpjgpg affectent de rechercher l'imitation plus reelle de ces 
formes. On peut citer, comme un premier exemple de ces tentatives, 
des verrieres des chapelles de 1a cathedrale de Beauvais qui datent de 
1310 envimm La figure 35, au quart de Yexecution, donne une partie 
des decorations architectoniques qui accompagnent les sujets de ces ver- 
rieres et qui sont d'une cxtremc finesse. Les tons de cette architecture sont 
blancs et jaunes avec quelques touches rouges, sur un fond bleu. Ueclat 
non rayonnant du jaune acquiert la nettete et la delicatesse de lumicres 
metalliques a travers ces larges redessines noirs, ce qui produit un effet 
saisissant2. Mais cette recherche, ce dessin maigre et decoupe, font 
regretter les fonds richement colores, les bordures larges, les ornements 
si grassement composes qui donnent aux vitraux des X116 et X1119 siccles 
cette harmonie veloutee et profonde qui n'a son egale nulle part. Les 
bordures du XIVe siecle sont generalement etroites et composces de des- 
sins trop petits d'echelle. Les meneaux, qui alors divisaient les fenetres 
cn compartiments verticaux d'une largeur de deux pieds a deux pieds 
et demi (0265 a 0'275), ohligeaient les verriers a reduire les bordures et, 
a diminuer les figures isolees. Les pages donnees a ces artistes n'avaient 
plus l'ampleur que nous leur voyons prendre pendant le x11" siecle et 
jusque vers 1230. Les armatures de fer ne se composaient plus que de 
harlotieres, dest-a-dire de barres horizontales, et les panneaux compre- 
naient 1a composition centrale et la bordure. L'exemple fig. 3h est deja 
pour cette epoque une exception ; mais, a Saint-Urbain de Troyes, les 
1 11 ne reste plus ä Amiens que des traces de ces verriäres dans le triforium 
chreur. 
2 Les calques de ces vitraux nous ont ätä communiqufis par M. Oudinnt. 
du
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.