Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Tabernacle-Zodiaque]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1144985
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1149557
1135 
VITRAIL 
sombres. Des la seconde moitie du X111" siecle, on songea donc a donner  
plus de lumiere dans Yinterieur des edifices en composant des verrieres 
partie en grisailles, partie en panneaux colores. On concoit sans peine 
que cette innovation dut changer completement les conditions d'har- 
monie. Les surfaces blanc nacre des parties en grisailles devaient faire 
paraitre lourdes et obscures les surfaces colorees voisines. On introduisit 
donc dans ces dernieres de grandes parties claires, des bleus limpides et 
verdatres, des jaunes, des rouges et pourpres tres-clairs, des blancs ver- 
(latres ou roses. D'ailleurs les panneaux legendaires ou les grandes 
figures isolees etaient toujours entoures d'un fond bleu, le plus souvent 
avec filets d'encadrement. Outre la plus grande masse de lumiere, on 
obtenait ainsi une economie notable sur la vitrerie des grands edilices, 
car les grisailles, memc les plus chargees, ne content pas la moitie du 
prix de revient des vitraux colores. Dans les fenetres hautes de la cathe- 
drale d'Auxerre, qui datent de la seconde moitie du XIII" siecle, on avait 
dejättentc l'emploi de ce moyen; mais la les grisailles sont d'un dessin tres- 
large et ferme qui combat la trop grande lucidite de ces surfaces claires, 
incolores, opposees, dans une meme fenetre, a des surfaces colorees. La 
grisaille n'occupe qu'une faible partie du vitrail, et compose comme une 
marge entre 16 Sujet principal et la bordure toujours coloree. Voici un 
exemple tire des hautes fenetres du chceur de cette cathedrale (fig. 33)  
Le fond de la figure et du dais qui la surmonte est bleu; les tons du dais 
sont : le blanc, "le jaune, le vert pale avec touches rouges dans les deux 
petites baies latex-ales. Cette harmonie tries-claire sert de liaison entre les 
deux bandes B de la grisaille. Il en etait de meme du socle, detruit 
aujourd'hui et remplace par un panneau du xvle siecle; le personnage 
porte une robe vert d'emeraude, un manteau pourpre clair, un bonnet 
vert, un phylactere blanc. La bordure est composee de feuilles vert 
bleuatre et jaunes sur fond rouge. La lumiere donnee par ces sortes de 
i-erpigms est d'autant plus brillante, qutelles se detachent sur la partie 
superieure du ciel. Pour combattre l'effet devorant de cette lumiere 
dans les bandes en grisailles, celles-ci sont peintes en traits epais avec 
treillisse tres-fourni entre les ornements, si bien que, pres de Fceil, la 
surface des lumieres est moins importante que celle occupee par la 
grisaille opaque. Dans le meme fenestrage du choeur de la cathedrale 
d'Auxerre, des grisailles occupant la meme place sont melees de touches 
et de filets en couleur. L'effet est moins franc, moins comprehensible. 
C'est cependant ace dernier parti que les peintres verriers de la fin du 
X111" siecle sattacherent dans la composition de beaucoup de fenetres 
a grands sujets ou personnages. Les charmants panneaux des fenetres 
de la galerie du chuzur de Peglise Saint-Urbain de Troyes, dont nous 
avons donne un echantillon (fig. 30), sont compris entre des comparu- 
1 Vovez l'ensemble de ce fenestrage dans l'ouvrage du R. P. Llartin. Voyez l'ouvrage 
de M. F. de Lasteyrie.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.