Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Tabernacle-Zodiaque]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1144985
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1149145
WfiTnAIL 
39h" 
tous les" temps, et surtout pendant le X1118 siecle; elle nous semble erre-i 
116e s'il s'agit des verrieres du X118 siecle que nous possedons encore, en 
trop petit nombre malheureusement, et des bonnes xerrieres du X1112 En 
examinant les figures 3, 5 et S, il est facile de reconnaitre que les pein- 
tres ont parfaitementpare aux effets criards parla multiplicite et la 
disposition des traits ou hachures composant le modele. Enqlaissant les! 
fonds limpides, et choisissant pour ces fonds des tons francs, mais d'une 
belle qualite colorante, lumineuse, ils ont eu le soin d'occuper tous les 
tons entrant dans la" composition des figures et ornements par un mo- 
dele serre ou des details delicats qui donnenta ces tons la valeur relative 
convenable. On remplace habituellement aujourd'hui ce travail delicat 
et si bien entendu pour faire valoir la qualite de chaque ton, par une 
salissure factice mise de facon a laisser apparaitre par echappees les tons 
purs, et l'on obtient ainsi parfois une harmonie a bon compte. Mais il 
faut avouer que ce procede est barbare, et permet de supposer que nos 
verriers n'ont pas une theorie bien nette des conditions de l'harmonie] 
des vitraux. C'est a peu pres comme si, pour dissimuler le defaut d'ac- 
cord entre des instrumentistes executant une symphonie, on faisait 
dominer, du commencement a la fin, une basse continue, une sorte de 
ronflement neutre, avec quelques rares intervalles laissant entendre par 
echappees une ou deux mesures debarrassees de cet accompagnement 
monotone. Faire de la peinture, translucide surtout, dest-a-dire d'un 
eclat sans rival, pour la salir sous pretexte de Pharmoniser, est une idee 
qui peut entrer dans le cerveau (Yamateurs passionnes de la patine des 
objets d'art plutot que de ces objets memes, mais ne pouvait venir a 
l'esprit d'artistes qui cherchaient par tous les moyens sinceres cl. profon- 
demcnt etudies a rendre leurs conceptions. Il est evident toutefois que 
deja au X1110 siecle, on apposait certains glacis par parties sur des ver- 
rieres communes l; mais ces legers glacis apposes a froid, et probable- 
ment sur la verriere mise en place, ont des expedients pour obtenir un 
effet d'ensemble, et non une salissure mise au hasard sur les panneaux. 
Les verrieres du x11" siecle des cathedrales de Chartres et du Mans, 
de Feglisel abbatiale de Saint-Denis, de Vendome et dZÄngers, pouvaient 
et peuvent se passer de cette patine, puisque (sauf les fonds qui, ne l'ou- 
blions pas, sont faits avec des verres d'une qualite harmonieuse incom- 
parable) tous les details de Yornementation et des figures sont couverts 
d'un travail au pinceau. Il y avait donc alors pour les artistes verriers 
deux operations distinctes propres a obtenir l'harmonie generale d'un 
vitrail quand le carton etait dessine : 1" la designation des tons (les 
verres sur ce carton; 2" le travail au, pinceau sur ces verres, qui com- 
pletait l'harmonie en donnantla chaque ton l'importance relativü C011- 
venable.  i.   
avaient 
sur des vitraux qui 
_1 Nous avons recbnhix la präsence de ces patines factices 
ätä enfermvüs dans düpvlfifrb" peul apräs läur exdcution. 
1M;    
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.