Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Tabernacle-Zodiaque]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1144985
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1148848
[ VIERGE ]  36h  
Fils. Elle est un intermediaire, un moyen divin, mais ne participe pas 
a la Divinite. Si au X118 sieele le dogme, en cela, ne change pas, les arts 
en modifient singulierement le sens ; et les arts ne sont, bien entendu, 
qu'une expression d'un sentiment populaire qui exagerait ou depassait 
la pensee dogmatique. Les eveques, en faisant rebatir leurs cathedrales 
dans le nord de la France, vers la fin du X118 siecle, sous une inspiration 
essentiellement laique 1, crurent devoir abonder dans le sens religieux 
des populations. La plupart de ces grands edifices furent places sous le 
vocable de Notre-Dame; et la place de la mere de Dieu prit une impor- 
tance toute nouvelle dans l'iconographie religieuse. A Notre-Dame de 
Senlis, l'histoire de la sainte Vierge occupe le portail principal; a Notre- 
Dame de Paris, deux des portes furent. reservees aux representations de 
la Vierge, celle de gauche de la facade occidentale, et celle du transsept 
du cote septentrional. A Reims, la statue de la sainte Vierge occupe le 
trumeau de la porte centrale. A Notre-Dame de Chartres, une des portes 
du XIIE siecle est consacree a la Vierge, etc. Le sentiment populaire, qui 
tendait dejaa considerer la Vierge comme un personnage quasi divin,  
ne fit que croitre. Des eglises et des chapelles sans nombre furent elevees 
a la mere du Sauveur. Les statues abondaient non-seulement dans les 
monuments religieux, mais dans les carrefours, aux coins des maisons, 
sur les facades des hotels, sur les portes des villes, des chateaux. La re- 
presentation du Christ etait, avant cette epoque, admise dans les monu- 
ments comme personnage divin, visible et tangible, tandis que celle de 
Dieu le Pere n'etait que tres-rarement reproduite (voy. TRINITE). Cela 
etait d'ailleurs conforme au dogme catholique; il etait naturel de repre- 
senter le Fils de Dieu, puisque le Pere avait voulu qu'il descendit sur la 
terre et se fit homme.  
On voit, par exemple, sur un grand nombre de sarcophages chreliens 
du ve au vme siecle, le Christ represente au milieu des apotres, sous la 
figure d'un jeune homme imberbe. Le pere n'est figure, dans ces sculp- 
tures, que par une main qui sort d'une nuee. Quant a la Vierge, il n'en 
est guere question, ou, si elle apparait, elle occupe une place intime, infe- 
rieure meme a celle des apotres. Les artistes se conformaient en cela a la 
lettre des Evangiles. La Vierge ne commence a prendre une place appa- 
rente qu'au moment ou l'on representa le erucitiement, dest-a-dire, en 
Occident, vers le vine ou 1x6 siecle. Alors, eonformement au texte de 
PEvangile de saint Jean, elle occupe la droite de la croix et saint Jean 
1a gauche. Dans les scenes du Jugement dernier du commencement du 
XIIE siecle, comme a Vezelay, par exemple, et un peu plus tard a Autun, 
la Vierge n'intervient point; tandis que nous la voyons agBHOUiUÜB 51 la 
droite de son fils, priant pour les humains, dans les scenes du Jugement 
qui datent du commencement du x11? siecle. 
Mais, avant cette epoque, (fest-a-dire vers M110, deja elle est assise sur 
1 Voyez CATHEDRALE.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.