Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Tabernacle-Zodiaque]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1144985
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1148523
[TYMPAN ]  332  
mtiulee sur sable, la partie sahlonncuse se trouve dans la concavite, 
(fest-a-dire dans le canal. Cette surface sablonneuse, qui recoit toute 
l'eau de pluie, est plus poreuse que la surface convexe; elle conserve 
Yhumidite, arrcte la poussiere, et developpe des vegetations qui cneoin- 
brent les rigoles, ce qui necessite un entretien frequent. Ce mode n'est 
bon que dans les contrees ou la chaleur du soleil est assez puissante 
pour empecher ces vegetations de se former. En adoptant le systeine de 
tuiles plates pour les combles a fortes pentes, les constructeurs du Nord 
avaient evidemment reconnu les inconvenients du systeme antique 
romain et de ses derivfes, savoir: la persistance de lfhumidite sur les 
charpentes et le developpement des mousses dans les concavitcs des 
toitures. Le soin avec lequel ils ont fabrique ces tuiles plates, l'en1ploi 
de Yemail qui empechait la penetration de Thumidite et la naissance 
des mousses, le systeme (Yattachcs, indiquent que les maitres, en verila- 
bles architectes, ne dedaignaient pas ces details importants de la con- 
struction. Les tuiles plates donnees dans les deux figures 5 bis et 6 font 
ressortir l'intelligence prevoyante de ces constructeurs des X1112 et 
XIV" siecles. Il est a remarquer que cette industrie du tuilier ne fit que 
decroitre a dater de la {in du xve siecle jusqu'au commencement de 
celui-ci. Les tuiles de Bourgogne et de Champagne fabriquees pendant 
le dernier siecle sont relativement grossicrcs et inegales de cuisson, et 
ce n'est guere que depuis une dizaine d'annecs que l'on s'est occupe 
en France de cette partie si interessante de l'art de batir. Nous avons etc 
pousses dans cette voie nouvelle de l'emploi de la terre cuite aux cou- 
vertures par nos voisins les Anglais et les Allemands, qui nous avaient 
devances, ou plutot qui n'ont jamais cesse de pratiquer ces utiles indus- 
tries, dedaignees generalement chez nous par les artistes, trop preoceupes 
de leurs conceptions grandioses et peu pratiques pour entrer dans ces 
menus details de la hatisse. 
TUYAU, s. m.  Voyez CONDUITE. 
TYMPAN, s. m. Partie pleine comprise entre le cintre d'une porte 
(arehivolte) et le linteau. On donne aussi le nom de tympan aux surfaces 
pleines comprises entre les extrados d'une arcature et le bandeau qui 
les couronne. La surface A (fig. l) est un tympan de porte; la surface B, 
un tympan d'entre-deux d'areature. Les tympans de porte, etant poses 
sur le linteau, peuvent etre faits de diverses manieres; composes de 
petits materiaux en faeon de remplissage, ou de grands morceaux de 
pierre parementes decores de peintures ou de bas-reliefs. Il arrive aussi 
que les tympans de porte sont a claire-voie, donnent des jours (Fimposte; 
mais cette disposition n'est gui-are adoptee qu'a dater du milieu du 
xme siecle, notamment dans les monuments de la Champagne. La place 
oeeupee par le tympan, sous les arehivoltes des portes, etait particulie- 
rement favorable ä la sculpture. Dans cette position, les bas-reliefs ne
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.